Enflammée

Carnet d'une gourmande chronique…

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Cantine

Fil des billets

jeudi, février 12 2015

Sur le pouce } La petite restauration gourmande du Magnolia Café

MagnoliaCafe-A.JPG

Banh-mi au porc haché façon "lao"
               

La rue des Filatiers continue sa reconversion gourmande en accueillant une nouvelle adresse : Le Magnolia Café. Encore un café ? Une cantine colorée et paisible où l'on croque de réconfortant banh-mi entre autres...

                 

De par la couleur bleue turquoise de son enseigne, on y entre par curiosité. En effet, le Magnolia Café est atypique. Ce n'est pas vraiment un café ni un salon de thé. On y est accueilli par 2 pétillantes gérantes d'origine lao-thai qui nous reçoivent comme chez elles. Derrière ce joli nom floral se dévoile peu à peu un lieu assez décalé plutôt douillet et mignon (légèrement orienté kawai), Je vous avouerais que j'ai eu un petit coup de cœur pour les suspensions lumineuses en bambou venant du Laos. 

Il est midi (ou pas) et vous avez faim ? ça tombe bien le Magnolia Café vous propose des petits plats tout au long de la journée qui font voyager en Asie  : du porc au caramel, du poulet au curry en passant par la soupe de nouilles comme là-bas qui revigore. Et parfois, un plat du jour français (par exemple : gratin de pomme de terre, tagliatelle et poulet à la crème...) « Comme à la maison, on ne mange pas tous les jours asiatiques, parfois français !». Étonnamment, une phrase que je répète assez souvent de mon côté ;)

Pour ma part, leur sandwich Banh-mi m'a rendu accro(c) ! J'hésite toujours entre le poulet saté grillé ou le porc façon lao. En revanche, leur bœuf est un peu coriace. Ce sandwich d'origine franco-viet est préparé à la demande, et en plus, comme je l'aime, enfin presque ! La demie-baguette est grillée puis farcie fraîchement de concombre, de carotte râpée nature (j'aurais souhaité "aigre-douce"), de branches de coriandre qui parfument discrètement, nappé de mayonnaise (ce n'est pas une hérésie) et de viande cuite au dernier moment. La commande prend quelques minutes, une impatience récompensée par un sandwich bien gourmand qui déborde.

En bouche, on a du croustillant et du moelleux, du chaud et du frais, du végétal et de la carne, des contrastes qui font littéralement craquer ! Avant de passer à la dégustation, j'ajoute rituellement un filet de sauce Sriracha et de quelques gouttes de sauce Maggi (elle possède un parfum de nostalgie).  

Après tout ça, même on se sent rassasié, les desserts nous font de l'oeil : les brioches vapeurs sucrées (haricot rouge, taro...), les tiramisus de la maison ou encore « le fudge banane coco » à savourer à température ambiante (sortez-le un peu avant de croquer dans votre sandwich) et partager à deux (ça tient au corps !). 

Le Magnolia café est le bon spot à petit budget, avec de la bonne humeur sans limite ;) 

    

  

Magnolia Café

rue des Filatiers, quartier Esquirol, Toulouse.

Ouvert du Lundi au Samedi, de 10h30 à 19h.

Formule Banh-mi (sandwich + dessert et boisson) à 6,90e. 

Formule Porc au Caramel (plat + dessert et boisson) à 9,90e.

jeudi, juillet 17 2014

La Saga Street-food de l'été #1 } Les sandwichs nomades de Monsieur Cyclofood

MCyclofood-A3.JPG

Après des mois de tournées à vélo selon les caprices de la météo... Thomas, alias Monsieur Cyclofood, s'est arrêté au 6 rue des Salenques. Cette fois-ci, c'est à vous de venir vers lui dans sa cantine franco-vietnamienne. Un minuscule restaurant de 12 couverts. Tout bon ! Tout neuf !

               

Le Banh mi est le métissage de la baguette française à la culture vietnamienne : une baguette composée de gio lua (ressemblant à de la mortadelle) ou de viande grillée (porc, boeuf, poulet...) voire même de pâté bien de chez nous avec une part de crudité et d'herbes fraîche. Ce mets bon marché fait partie du paysage de la street-food viet, on en trouve à chaque coin de rue. En France, depuis quelque temps, le banh mi fait fureur à Paris. Il y a même des articles classant les meilleurs banh mi de la capitale. A Toulouse, les adresses proposant ce sandwich équilibré sont rares. On peut citer Asian Kanteen, Small Hanoï, Nico Banh Mi et dernièrement, Monsieur Cyclofood

             

MCyclofood-B1.JPGMCyclofood-B3.jpg

A l'heure du déjeuner, vous avez certainement croisé cet homme courageux poussant son lourd triporteur, au 4 coins du centre-ville, pour conquérir les estomacs affamés en popularisant ces sandwichs méconnus. Pour vous avouer, je n'ai jamais réussi à l'attraper sauf à la dernière édition de Malmö et Lulea

Aujourd'hui, on retrouve Thomas -moins essoufflé- en tablier derrière son comptoir, dans ses murs de brique et de matières brutes. Un lieu lumineux où sont disposés des tables recyclées et bricolées, des verres Duralex (qui nous rajeunissent), une carafe costaud et des mini-bouteilles de sauce Nuoc Nam (ingrédient incontournable dans la cuisine vietnamienne). 

On s'y déplace surtout pour ces dépaysants et copieux banh mi (poulet poché aux aromates, porc caramélisé et poivrée, canard aux 4 épices ou mystère du jour/5€) qui sont toujours au rendez-vous. Une belle baguette garnie de carotte râpée aigre-douce, de concombre croquant, de coriandre parfumée et de viande rigoureusement préparée. Un sandwich bien gourmand et irrésistible. Un peu dommage qu'il soit servi froid. Le contraste crudité froid avec la viande chaude aurait gagné en saveur. Petit conseil, laisser le temps au sandwich d'être à température ambiante avant de le croquer. Quant à moi, je l'apprécie surtout napper de sauce aigre-douce piquante passionément ;)

Parmi les petites nouveautés, Monsieur Cyclofood propose aussi un plat du jour -9,50€- chaudement préparé à la commande comme le porc caramélisé aux petits légumes (sur un lit très douillet de riz) ou encore des boulettes de porc et salade (presque comme un bun cha). Et pourquoi pas, un Bo bun pour les jours de canicules qui s'annoncent inévitablement ? 

             

MCyclofood-C1.JPGMCyclofood-C2.JPG

Cette cantine ouvre aussi pour le salon de thé l'après-midi. Tout comme les banh-mi, les douceurs sont du même ressort. Des desserts classiques avec une touche exotique qui change tout : pannacotta coco framboise-litchi, riz au lait de coco, financier... Et tout en sirotant un café ou un thé, Monsieur Cyclofood vous offre à déguster des carrés de Chocolat Marou (marque française de chocolat vietnamien) qui méritent bien notre attention. 

              

Enjambez un vélib (il y a des stations à 2 pas) et partez à l'aventure gourmande ! Cette petite adresse vaut le détour. 

         

           

Monsieur Cyclofood

6 rue des Salenques, quartier Arnaud-Bernard. Toulouse

Ouvert du lundi au samedi, de 11h à 18h. Sur place ou à emporter.

            

_______

Les autres Sagas Street-food...

#2 } Copains comme Canard, chez Duck Me 
#4 } à venir...
#5 }
#6 }
#7 }

jeudi, mars 21 2013

Les Coudes sur la Table

LCSLT-1.JPG

Encore Merci Elodie :)

           

Petite Cantine  Des fauteuils où l'on aime se blottir, une longue banquette familiale bricolée, des coussins moelleux, de petites tables entourées de chaises d'écolier, une envolée de grue en papier, de jolies pailles rayées, une cuisine gris foncée donnant sur une petite salle lumineuse et tranquille... Les Coudes sur la Table est une petite cantine installée au 39 rue des Lois, qui nous accueille depuis 3 mois, dans un quartier débordants d'étudiants (à 2 pas de l'Arsenal). 

   

LCSLT-3.JPG

En cuisine, c'est Amélie. Après un passage dans le domaine de la Communication parisienne, elle prend un autre cap, celui de la Cuisine. Elle s'est aventurée derrière les fourneaux d'un chef fou italien et ceux de Gilles Choukroun, et arrivée à Toulouse depuis plus d'un an. Au service, c'est Cédric (en semaine) et c'est Myrtille la bavarde (le samedi). Ces deux derniers sont aussi graphistes dans la vie, d'où la déco très inspirée «blog déco» (je trouve) et les photos sur FB mettent sur la voie.

                 

LCSLT-1bis.JPGLCSLT-1ter.JPG
LCSLT-5.JPGLCSLT-5bis.JPG
Bucatini aux champignons - Tartare d'ananas, gelée aux fruits de la passion et chantilly au citron-vert

Sur la carte, des plats simples : Pasta, Soupe du jour, Sandwichs gourmets (dont un carnivore et un végétarien), Salade de légumes jolie jolie et desserts maison mais cuisinés avec des produits de saison locaux ou originaux (d'origine, pour les produits italiens) et proposé à petit prix. Amélie veuille à changer la carte chaque semaine selon le marché et la saison. C'est certain, on s'ennuie pas dans cette maison ! 

Pour les desserts, Amélie l'avoue, son bec ne penche pas vers le sucré. Finalement, ce sont des desserts simples qu'on est bien heureux de re-découvrir (il faut reconnaître que ça se fait rarement) comme le riz au lait aux pralines-rose, la crème aux oeufs, la poire pochée à la verveine...

Côté boisson, du frais (jus de pomme, vins de la région et de la bière tarnaise) et du chaud (des thés bios et du café équitable).

             

LCSLT-B.JPGLCSLT-C.JPG
LCSLT-A2.JPGLCSLT-4bis.JPG

L'après-midi, l'ambiance est plus calme et accueille aussi les déj-tard. Au goûter, des expressos, un macchiato... Et même un chocolat blanc dont le lait est chauffé à la casserole avec les graines d'une véritable gousse de vanille. A siroter en grignotant un cookie ou une part de gâteau du jour. Ou encore, s'ils n'ont pas encore disparus, pensez à déguster les desserts de la semaine. 

                      

Les Coudes sur la Table est une jolie petite adresse où l'on se retrouve comme chez soi... Où on déjeune une cuisine de saison comme à la maison. N'hésitez pas à poussez la porte et à venir bavarder avec Amélie et Myrtille. 

     
            

Les Coudes sur la Table

39 rue des Lois, quartier Arnaud Bernard. Toulouse.

Lundi au Samedi, de 11h30 à 19h. Service Continu. Sur place ou à emporter.

mardi, janvier 22 2013

Un vendredi soir chez l'Herbe Tendre

HerbeTendre-A.JPG

Comment le mener à la baguette ?  Sortie en amoureux, le vendredi soir, à L'Herbe Tendre, petite adresse discrète établie à la rue des Paradoux (anciennement le Vert-Caramel). La maison est tenue par deux frères. L'un a travaillé à la Cale Sèche (vous savez le planteur à partager et les fameux rhums arrangés à mini-prix, rue Gambetta), et l'autre a fait sa carrière derrière les fourneaux (du restaurant alsacien, du bouchon lyonnais en passant même dans une cantine à sushi).

                   

HerbeTendre-B.JPGHerbeTendre-C.JPG

Petite salles de quatorze couverts, baguettes et verres sur les tables. Ambiance vinyles, livres, tableaux aux murs de briques. La cuisine est ouverte mais un trésor se cache au bout du couloir... Sa cour qui faudra profiter dès l'arrivée des beaux jours... Installés dans la salle, on se sent comme chez soi, bordé par la musique. Seul petit bémol, le moment où un petit groupe de 6 arriva dans la trop petite salle... 

Parce que je me sentais bien et que le lieu s'y apprêtait, j'ai commandé un planteur (rhum cannelle allongé de jus de fruit) pour m'ouvrir l'appétit. 

                    

HerbeTendre-D.JPGHerbeTendre-E.JPG

Le midi, ils proposent des assiettes rustiques et copieuses (assiettes composées de salade, pommes de terre sautées à la bière et plat du jour...). En dessert, tout le monde tombe dans le piège du Café Gourmand car l'assiette est si généreuse qu'il est bien triste de s'en contenter tout seul.  

Le soir, enfin certains soirs, comme le vendredi, ils proposent des ramens ! Mais c'est quoi ? C'est une soupe-repas d'origine chinoise dont les japonais raffolent. Traditionnellement, c'est un plat à base de nouilles de blé servi dans un bouillon de porc. A l'Herbe Tendre, les ramens sont préparés à leur façon avec des produits frais bien de chez nous : du canard, un oeuf poché, poireau, champignon, carotte, des nouilles ramens, une belle poignée d'herbes fraîches... Ce qui donne, en effet, un plat fusion que typiquement japonais. D'ailleurs, j'ai été très marqué par cette avalanche d'herbes, qui me rappelle le ka tiew khmer ou le pho viet

             

HerbeTendre-F.JPG

De mon côté, mon riz sauté était imposant. Plus je m'avançais, plus je me demandais si cette dune de riz allait s'affaisser. Je tombe sur des champignons de Paris, des tronçons de poireaux, une belle portion magret (hélas trop cuit) qui se cachent sous la colline de riz. Pour ce repas, sans aucun doute, il convenait de prendre son temps. La soirée nous appartient...  

                        

HerbeTendre-G.JPG             

Ensuite, bien que le bol de ramen et le riz sauté calent bien, n'oubliez pas de finir par une note sucrée ! Il serait dommage de se passer de leur Café Gourmand si fameux. Et un Café Gourmand pour deux, et UN !  

                 

Une belle soirée décontractée à deux, un dîner repus, et une addition toute en légèreté.

Aux dernières nouvelles, désormais jeudi soir, c'est aussi ramen !

                   

               

L'Herbe Tendre

45 rue des Paradoux, Toulouse. 05 61 14 17 80

Mardi de 16h à 22h. Mercredi et Jeudi, de 14h à 22h. Vendredi et Samedi, de 12h à 21h30. 

mercredi, octobre 31 2012

Toulouse // Le P'tit Louis

LePtitLouis-A.JPG

Petit mais gourmand  Je pense vous avoir assez convaincu d'aller déjeuner/goûter/ papoter/rêvasser au Solaneko, ma cantine préférée à St-Cyprien. Désormais il faudra compter aussi le P'tit Louis. Ce n'est pas une infidélité au Solaneko mais une raison de plus pour traîner dans ce beau quartier. Le P'tit Louis a ouvert depuis le printemps dernier, et comme son nom l'indique pas, c'est une sandwicherie/saladerie. C'est une petite salle qui compte une douzaine de couverts à l'abri, dont six au comptoir, en face de la cuisine aux allures contemporaines. Des poupées, peluches, des livres de cuisine de grands chefs en anglais en guise de déco. Si vous tendez l'oreille, on peut entendre les pleurs d'un petit à l'annexe du resto.

                 

LePtitLouis-B1.JPGLePtitLouis-B2.JPG

Donc sur la carte, des sanwiches, pizza, gratin... Mais ce qui nous intéressent le plus, ce sont les spécialités coréennes car cette sandwicherie est tenue par un couple franco-coréen et il serait bien dommage s'en passer ;) Je n'ai pas l'occasion de goûter aux sandwiches mais d'après Tomoko du Solaneko, ils sont aussi délicieux.

             

LePtitLouis-F1.JPGLePtitLouis-F2.JPG

Les plats chauds coréens sont préparés à la commande (sur place ou à emporter). J'assiste avec émerveillement la préparation des plats. J'adore regarder les gens cuisiner quelque soit le plat, ça me captive. 

Hélas (pour moi), les viandes sont marinées à l'avance, j'espérais apercevoir un petit secret de fabrication ;) Les plats sont revenus avec des carottes râpées, du choux émincé, de l'oignon et même des tteoks (pâtes de riz courtes) qui caramélisent avec le jus de cuisson.

                

LePtitLouis-C1.JPGLePtitLouis-C2.JPG

En attendant la commande de nos plats, nous apaisons notre ptit creux avec un « Triangle » kimbap au thon (bref, comme un onigiri japonais). Et bonne surprise, la feuille d'algue a gardé son croquant et son goût. La farce au thon est relevée par des morceaux d'oignon.

Le P'tit Louis propose aussi donc des kimbaps (sur place ou à emporter). De gros makis coréens dont la farce est composée de légumes et viandes cuites, mais pas crues (contrairement aux makis japonais).

                

LePtitLouis-D1.JPGLePtitLouis-D4.JPG

Tous les plats chauds coréens sont servis avec une souplette (à base de miso) et d'une salade verte. Leur vinaigrette est très rafraîchissante : du citron ? Du Miel ? De l'échalote ??? Mais il doit avoir un petit secret encore ?

Si vous aimez les plats relevés, jetez-vous (incon)sciemment sur le porc « Jeyuk bokkeum ». Mes papilles s'en souviennent et en redemandent ! Très pimenté comme je l'imaginais. Ou alors le poulet « Dak galbi », dont la marinade est à dominante « aillée » (ça doit être pas mal à emporter pour embêter ses voisins de bureau). Dans les deux plats, les viandes restent très gouteuses et moelleuses.

                                 

LePtitLouis-D2.JPGLePtitLouis-E1.JPG

Ou si vous souhaitez commencer en douceur dans la gastronomie coréenne, optez plutôt pour le « Bibimbap ». Le plat national coréen composé de riz chapeauté de plusieurs légumes et de bœuf mariné (ou poulet).

               

On a fini notre repas par un thé coréen soit à base de racine (dont j'ai oublié le nom) ou de blé. Mais bon, je crois qu'il faut que je revienne pour goûter de nouveau les plats et deviner tous les secrets des marinades coréennes ;)

         

              

Le P'tit Louis

32 rue de la République, Quartier St-Cyprien. Toulouse. 09 54 89 74 35

Ouvert du Lundi au Samedi, à midi et en soirée. Sur place ou à emporter.

mardi, septembre 11 2012

Solaneko, le retour de la suite...

Panoramiam  J'ai déjà dévoilé cette adresse, en vous avouant que j'en avais rêvée. Et comme je l'avais annoncé, à chaque fois que je me suis rendue, c'est toujours avec un/e ami/e différent/e :) , sans oublier, avec mon inséparable Dvořák (le petit nom de mon Apn). Je vous rassure, je n'ai pas toujours l'œil collé derrière l'objectif ;) Ouhhh, la menteuse...

             

HS8BSolaneko-Dbis

Il y a eu une fois, en plat du jour... Souplette de Miso au cresson et navet long.

Riz complet de Camargue. Lieu noir à la sauce poireau, salade de pomme de terre à la japonaise (une sorte de purée froide à la mayo et des dés de radis croquants), potiron mijoté et salade verte.

               

Solaneko-EterSolaneko-E

Accompagné d'une jolie salade croquante et colorée... Le Curry à la japonaise, qui n'a rien à voir avec le curry indien/thaï, il est très doux. Il y a beaucoup de légumes (carotte, pomme de terre et oignon), des morceaux de poulet avec parcimonie dans une sauce douce à l'allure crémeuse. Il me semble qu'il y a un peu de beurre.  

            

Solaneko-F4Solaneko-F

Soupe miso cresson et navet jaune.

Beignet de poulet « kara age », salade de brocoli mayo-curry, potiron mijoté et salade.

         

Solaneko-GSolaneko-Gbis

Boulettes de porc grillées et nappées de sauce Bulldog.

Steaks de Tofu grillés sauce aux 2 champignons (shiitaké et enoki).

                  

Solaneko-IbisSolaneko-I

Et dernièrement, pour la rentrée... Soupe miso ciboulette et cube de potiron.

Sardines panées, salade de fenouil à l'umeboshi, haricots verts aux noisettes et salade verte.

                     

Miam, miam, je m'y suis régalée toutes les fois et mes ami/es étaient très emballé/es aussi ! ^^

               

           

Solaneko

place de L'Extrapade, Toulouse. Métro St-Cyprien. 05 62 48 76 28

Ouvert du mardi au samedi. De 11h à 19h. Réservation vivement conseillée.

jeudi, août 23 2012

Toulouse // La Belle Verte

LaBelleVerte-A

Label Vert  Avant, c'était le Saporito, un petit resto de quartier italien pittoresque, à l'accueil bras très ouvert. Où durant 6 ans, Francesca et sa cuisinière mitonnaient de bons petits plats italiens (attention sans pizza !) qui nourrissaient bien le corps et les bons souvenirs avec. Trop tard, cette belle histoire est déjà finie. Une nouvelle belle histoire se dessine. Depuis début juin, l'adresse accueille de 3 nouveaux locataires : la maitresse des lieux et 2 chefs en cuisine (végéta*ien et carnivore). Dehors, une terrasse saisonnière devant, et dedans, une salle lumineuse dont les tables sont habillées d'une nappe à petits pois aux couleurs vitaminées et cachant secrètement aussi une petite cour dotée de 3 tables. Nous étions autour de l'une d'elles :)

L'adresse reçoit pour le déjeuner, le salon de thé et parfois le diner (jeudi & vendredi). Ainsi que pour le brunch du dimanche, un retour de marché St-Aubin, c'est pas mal comme promenade.

      

LaBelleVerte-BLaBelleVerte-C

Lorsque j'ai dépassé le seuil, j'ai complimenté la maîtresse des lieux : ça sentait délicieusement bon et que le parfum échappant de la cuisine aiguisait joyeusement l'appétit. Dès que j'ai vu l'ardoise, j'ai salivé encore plus... La carte suit les saisons, elle souriait l'été. Les plats ont l'air insolites et inédits. Tout me faisait envie, ou suis-je trop curieuse et aventurière ?

À noter aussi, ce qui est rare dans un restaurant/salon de thé, une belle carte de bières locaux :)

           

LaBelleVerte-ELaBelleVerte-D

En entrée  Soupe froide de melon-coriandre (avec la part de salade - hors champs), rafraîchissante, bien sucrée et épaisse mais que je préférais, sans doute, déguster en dessert.

Terrine de hareng à l'huile d'olive, suivi d'une grand part de salade follement colorée, croquante, variée et gouteuse, soulignée d'une vinaigrette à la betterave et d'une olive luque. La terrine était une brandade froide plutôt costaud, qu'il fallait être deux pour la finir. En achevant mon assiette par la dernière coup de fourchette, je me suis sentie repue comme une reine. 

          

LaBelleVerte-GLaBelleVerte-F

Plats de résistance  L'assiette de mon complice Ludovic, Cassolette au tofumé maison et aux champignons. Visuellement, la couleur n'est pas glamour mais au goût c'est incroyablement délicieux ! Mes papilles n'en reviennent pas ! Oui, je vous le jure !

Mon Médaillon au curry thaï était envoutant, épicé et légèrement relevé. Le simili-carné s'apparentait à la volaille mais avec une texture terriblement fondante. Ce plat m'a bluffée !

Bien que nos deux assiettes sont accompagnés de riz, quinoa, légumes vapeurs (carotte, courgette et brocoli), ils sont également garnis d'une grand part de salade (la même que l'entrée) qui faisait donc doublon. Il nous fallait un estomac de secours pour tout finir. Mais hélas, j'ai dû abandonné. C'était trop généreux.

           

LaBelleVerte-HLaBelleVerte-I

Dessert  Bien que nos estomacs arrivent à la limite, on s'est laissés tenter par une douceur. Entremet au millet, amande et nappage à l'abricot, la présentation n'est pas sexy mais au goût, il assure. Fondant, le bon goût d'amande contrastant avec le côté acidulé de l'abricot. 

Mousse au chocolat et myrtille. Très complice, le chocolat noir fait copain-copine avec la myrtille. Un délice sans œuf, surprenant, non ?

          

LaBelleVerte-JLaBelleVerte-K

Pour finir  Délicieux café (équitable), très goûteux pouvant se déguster « nature ». Et irrésistible sucre (complet) au bon goût de caramel.

                

Bien que ça soit un resto bio, locaux et végétar/lien, il est ouvert à tous ! Même aux carnivores ! Surtout aux carnivores curieux ! Je vous conseille d'y aller en bande, de commander chacun un plat différent et de faire valser les assiettes pour tout goûter.

           

D'autres avis ? Chez Rose Citron et chez la Valkyrie végétarienne.

D'autre suggestion de plats en photo ? Chez FR.

                

                 

La Belle Verte

50 rue Aubuisson, Toulouse. Quartier St-Aubin. 05 61 62 73 42

Ouvert tous les jours, fermé le samedi. Brunch le dimanche.

samedi, août 18 2012

Trop Tard ! Resto Fermé } Chez Asrat

ChezAsrat-A

Initiation à la gastronomie éthiopienne  Petit établissement situé près du Métro Palais de Justice, tenue par la charismatique Asrat. Sa maison détient une double identité, une double carte ! Bar à salade et tarterie le jour, et cuisine éthiopienne le soir (attention, seulement sous réservation). La cuisine éthiopienne, on m'a en tellement vantée : conviviale, équilibrée, savoureuse... voire même considérée comme la meilleure au monde ! Il fallait que j'aille vérifier tout ça ;)

En poussant le seuil de la porte, la salle est ponctuée de quelque touche de déco discrète d'Éthiopie, mais garde en avant-tout une allure de « saladerie ». On reconnait de suite notre table, grâce au nombre de place (nous étions 7), et surtout à la nappe dotée de couleurs chaudes. Les verres et les serviettes en papiers y sont posés... Et les couverts ? Justement, il y en a pas. Ce soir, c'est permis, on mange avec les plus élémentaires et sensuels des outils... avec nos doigts !

             

ChezAsrat-BChezAsrat-C

Oubliez le maffé ou le poulet yassa (Plats originaires du Sénégal mais populaires dans tout le continent), la cuisine africaine n'existe pas (et en passant, l'asiatique non plus). En effet, on ne dit pas la cuisine européenne ? Donc arrêtons de tout généraliser. La cuisine éthiopienne possède sa propre identité, est marquée par son géographie (donc son agriculture) et son Histoire, est donc se montre bien différente de ses voisines.

              

Pour ouvrir notre soif de curiosité, nous demandons si la maitresse des lieux proposait un apéritif éthiopien. Hélas, non. J'aurais tellement voulu connaitre l'hydromel éthiopien, le Tedj. Nous nous saoulons raisonnablement à l'eau, et moi, à un petit pichet de vin.

               

ChezAsrat-D

Cinq (dont une végétarienne, d'ailleurs ce resto est parti de son initiative. Merci Éloïse !) des convives ont choisi le Beyaynnatu, un assortiment de plats du jour. Précisément, il y avait eu un Ragoût de lentilles corail aux oignons, une Salade de sucrine et tomate du jardin innocemment relevée, des épinards nature, un Bœuf haché mijoté en sauce douce et un autre au caviar d'aubergine. Tous étaient des plats épicés mais pas relevés. 

Traditionnellement, on pose une grand plat déjà garni au milieu de la table. Pour une question d'organisation, on a dû s'en passer. Ça sera donc pour la prochaine fois.

                     

ChezAsrat-IChezAsrat-J

Ma voisine et moi avons commandé chacune une spécialité. De son côté, le Doro Wat (photo de gauche), un mijoté de poulet et œuf dur dans une sauce à l'oignon, bien épicée et relevée (c'est ce que j'ai préféré) et qui se déguste avec de l'aïb. Parait-il est le plat le plus populaire d'Éthiopie.

Mon Ketffo spécial est un tartare de bœuf aux épices éthiopiennes (le fameux berbéré) avec un bonus de l'aïb aux épinards. L'aïb est un fromage au goût neutre qui permet d'apaiser le feu des épices. Sa texture est proche du cottage cheese et de la ricotta, bien égoutté. J'ai adoré déguster ce tartare frais avec mes doigts :)

               

ChezAsrat-EChezAsrat-F

Ces plats sont accompagnés d'injera, des galettes épaisses à la couleur rustique et au goût « aigre ». Elles sont confectionnées à partir d'un mélange de farine de teff (apparenté millet) souvent mélangées avec du froment. C'est une pâte levée qui a fermentée durant 2-3 jours. Lors de la cuisson, elles ne sont cuites que sur une seule face, l'autre est parsemée de petites bulles.

L'injera joue le rôle d'assiette et de couvert. Sur un grand plat, on recouvre de galettes où sont déposées plusieurs garnitures (photo de droite). Pour déguster, il faut déchirer un morceau de la galette, pincer la garniture et en faire une bouchée. Difficile de ne pas s'en mettre partout, et difficile de ne pas refaire sa manucure :)

Après avoir guetter les mains de mes convives, j'étais la seule à avoir les ongles longs ( = +3mm). Je me sentais un peu incommodée, en même temps, je prenais des photos. M'enfin, vous avez deviné pourquoi... ;)

On y a passé un très bon moment ensemble. On passe les plats, on goûte à tout. On rigole bien (sur ce point, ça ne tenait qu'à nous). On s'empiffre et on ne se gène pas pour se resservir. À la fin, nous étions presque repus.

              

ChezAsrat-GChezAsrat-H

Par cette fabuleuse expérience, certains avaient gardé une petite place pour le dessert, nous souhaitons manger éthiopien jusqu'au bout : du riz au lait, de la mousse au chocolat, une salade de fruit... Que des desserts classiques français. Hélas, nous étions trop curieux ! 

               

Hélas il n'y a pas d'apéro ni de dessert ni même de café vert éthiopien... On y mange bien ensemble, et c'est le but. L'existence d'une adresse unique sur Toulouse est déjà un bon début :) À venir mangez sensuellement à deux ou en groupe pour une ambiance bon enfant. Et pourquoi pas avec vos enfants ?!!

                 

               

Chez Asrat

123 rue Achille Vladieu, Toulouse (Métro B : Palais de Justice)

05 34 40 66 07

Attention, Cuisine éthiopienne n'est servie seulement le soir, du mardi au samedi. Seulement sous réservation.

mardi, juin 26 2012

Toulouse // La Cantine des Sales Gosses

CSG-A

Carnet rose  Un midi en semaine, dans le quartier Jean-Jaurès. Au départ, avec ma camarade et moi comptions partir à l'aventure en découvrant la cuisine setchouannaise authentique proposée par un restaurant chinois, quasi l'unique à Toulouse... La première fois, nous étions venues à l'improviste. La deuxième fois, en réservant. Les deux fois, on s'est retrouvées bêtes et déçues devant le resto porte close... Allons-lui accorder notre patience une 3ème fois ?? À suivre... Pour le moment, ce restaurant restera une énigme... Comme il était midi, et on avait (très) faim... En se promenant dans le quartier, les restaurants et sandwicheries fleurissent à chaque coin. Et on est tombées par sérendipité devant l'annexe/la petite sœur du restaurant des Sales Gosses, la Cantine des Sales Gosses. De plus, pour la petite adresse, c'était son premier jour d'école, animée par une petite équipe jeune et dynamique, soucieux de bien faire, et nous étions ses premiers élèves ! :)

Enfin, si vous me suiviez depuis un petit bout de temps, vous avez deviné que c'est un de mes restos préférés. J'aime sa cuisine de bistrot, de marché et généreuse en faisant des clins d'œil à l'enfance des années 80.

           

CSG-CCSG-D

Quoi de neuf par rapport à son grand frère de la rue de l'Industrie ? Qui n'a jamais envie, voire rêver, de bien manger au bureau sans bouder son plaisir et de croquer autre chose que l'éternel duo sandwich jambon 1er prix et soda, voire de déguster un plat bien gourmand, équilibré et de saison des Sales Gosses ? Cette cantine comblera les papilles exigeantes en proposant 2 modes, au choix « Sur place ou À emporter ».

La cantine propose à emporter des salades copieuses (la fameuse César au poulet ou conchiglie à la parisienne et pistou - 5,20 €), 2 plats du jour (6,90 €) et même des sandwiches gourmets (celui au rôti de bœuf me semble dément - 3,90 €), des desserts (2,50 €). Elle propose des formules avec dessert et boisson. Et pour leurrer la routine, la carte change tous les 2 semaines en suivant le marché.

Donc ma camarade et moi choisissons l'option sur place pour une formule Plat et Dessert pour 13,90 €. Compter 16 € pour la formule E/P/D.

            

CSG-ECSG-F

Le plat de ma camarade, le Fondant d'agneau et ses pommes de terre à la boulangère est un délice... Pour une des rares fois de ma vie, le goût de l'agneau ne m'a pas écœurée, j'ai adoré que j'en étais même jalouse. L'agneau se présente sous forme d'un hachi bien assaisonné et préparé, un peu comme un pain de viande moelleux. Les pommes de terre qui l'accompagne sont confites dans un bouillon, donnant un résultat très savoureux. C'est un plat irrésistible et goûteux.

Mon plat, le Cabillaud ne s'est pas déguisé derrière une panure rectangulaire mais bien en pavé avec sa peau dévoilant sa chair nacrée, en belle compagnie de petits pois verts, de fèves nues, d'asperges croquantes... L'ensemble juste lié par une sauce douce à l'aneth, à laper jusqu'à la dernière écume. Une merveille aussi.

         

CSG-GCSG-H

Pour les amateurs de cheesecake, vous êtes au paradis. Car c'est l'une des spécialités de la maison. Selon l'humeur du chef, il se décline au citron (comme cette semaine-là), ou à la banane, à l'abricot, au spéculoos etc... Personnellement, je préfère déguster une part de cheesecake à l'heure du goûter que pour clôturer un déjeuner copieux, sinon, j'aurais dû mal à me relever de ma chaise. Et ça tombe bien, les prochaines fois, je pourrais choisir à emporter ma part de cheesecake :)

Par son cadre atypique et ses desserts gourmands, ça serait même pas mal de rester ouvert pour en faire un salon de thé l'après-midi ;) Qui sait, on me lit sans doute...

            

CSG-ICSG-B

Si vous êtes dans le quartier Jean-Jaurès, n'hésitez pas, je vous le conseille chaudement :) Je ne vous ai rien dévoilé au sujet de sa déco, je vous laisse la surprise de découvrir par vous-même comme un grand, vivez gourmand et vivez curieux ^^

                          

                       

La Cantine des Sales Gosses

81 rue Riquet (angle rue Gabriel Péri et rue Albanie Regourd). Quartier Jean-Jaurès. Toulouse

05 34 26 31 64

Ouvert du Lundi au Vendredi, midi (sur place ou à emporter) et 19h (seulement à emporter).

mardi, juin 5 2012

Toulouse // El Caminito

Caminito-A

De la rue Gambetta, on aperçoit un petit banc bleu placé devant « El Caminito ». Une petite cantine à empanadas, à prix doux que pour avoir une petite table, il vous faudra amadouer votre patience en attendant derrière la porte ou sur le banc justement ! Après une petite attente, on vous fait signe qu'une table se libère. À l'intérieure, c'est petit, serré et bruyant. La déco est pittoresque. Ce qui donne à l'ensemble tout son charme. Et j'ai remarqué que l'adresse est fréquenté par les hispanophones, ce qui est très révélateur d'un bon plan. 

         

Caminito-BbisCaminito-B

Sauce chimichurri (persil, aromate, piment, tomate et huile) pour les empanadas, et la petite salade au sésame (à la carte). 

            

Caminito-C

À la carte, on nous propose de découvrir 9 variétés d'empanadas : au bœuf, au épinard, au fromage... pouvant aussi contenter les végétariens (oui je pense à vous, mes lapins !).

Pour ma part, j'en ai commandé deux, qui sont arrivés impatiemment. Et pour le prix (env. 3,50 € pièce), leur taille est énorme. L'un était très traditionnel, au bœuf haché et au raisin sec. Et pour changer, l'autre, le Choclo, était au fromage et au maïs. Surprenant, simple et bon, les graines de maïs éclatent sous le dent. J'aime. J'aurais bien pris un troisième par gourmandise, et j'aurais dû ! 

                             

Caminito-DHSCbis

Côté boisson, le vin chilien au pichet n'est pas terrible. Si vous êtes très curieux, optez pour le maté. On vous apporte une petite tasse en bois, rempli à moitié de maté avec une paille en inox, sans oublier le thermos d'eau chaude ! Il faut verser de l'eau, sans remuer, aspirer. L'infusion peut se faire plusieurs fois.

Que rajouter de plus ? On peut commander les empanadas à emporter ! Ô oui !

         

          

El Caminito

3 rue des Gestes, Toulouse. Quartier Capitole.

Ouvert le midi et le soir, tous les jours, fermé le dimanche. 05 61 23 51 74

- page 1 de 2