Enflammée

Carnet d'une gourmande chronique…

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Adresse

Fil des billets

mardi, octobre 8 2013

Les Bageleries à Toulouse

Bagelmaniac  Je suis toujours à contre-courant de la tendance ou en décalé... Par exemple, la moitié de Toulouse est allée s'émerveiller chez Sandyan, et lorsqu'on me le demande, on est surpris de savoir que je n'ai pas (encore) franchi le seuil. J'attends encore un peu ;) 

Ou autre exemple, les bagels. Vous savez le petit pain rond US tranché en 2 puis nappé de cream-cheese et garni de bonne chose qui a envahit toute la France depuis quelques années... Je les ai découvert seulement depuis cet été, lors d'un brunch. La première bouchée m'a conquise. La texture de la croûte se cache une texture de mie dense et moelleuse à la fois. Les garnitures sont gourmets, variés et changent totalement du jambon-beurre national. 

Donc depuis cet été, je me suis baladée dans Toulouse pour goûter (quasiment) tous les bagels. Et voici les 3 adresses que j'ai retenues, plus ou moins authentiques, mais toutefois délicieux.

              

VnVBagel-C1.JPGVnVBagel-C3.JPG

Comme à NY  C'est dans la brique toulousaine que V'n'V bagel s'est installé depuis 3 ans ! La déco newyorkaise s'y apprête confortablement. Le lieu est petit et possède une terrasse. La maison n'accepte pas les résa, donc les premiers arrivés sont  les premiers installés ou alors penser à emporter

Sur la carte, on nous propose une dizaine de recette de bagel (dont 4 végétariennes) et le bagel de la semaine. A noter que les garnitures et les bagels sont frais et entièrement cuisiné "maison". On applaudit ! Les prix varient de 3,50€ (celui au creamcheese) à 5,90€ pièce.

J'ai aimé ?  Ah difficile, ils sont tous très bons... Celui qui est hors compèt est le "New-York Pastrami" : pain toasté avec cream-cheese, "pastrami maison", cornichon aigre-doux et oignon rouge.

Vous savez quoi ? Rien à voir avec les bagels mais ça peut faire des heureux. Un jour par semaine, la maison prépare des muffins "sans gluten".

>> V'n'V Bagel, 5 place du Parlement, Métro Palais de Justice.

              

Papilles-A1.JPGPapilles-A2.JPG
             

French touch  Placé non loin devant la seule boutique toulousaine où l'on trouve les Yankees Candle (les fashionitas savent de quoi je parle), Papilles a l'air d'un petit bouiboui comme un autre avec 3 tables hautes et ses chaises. Au départ, leur carte proposait des soupes, tartelettes, papillotes... Mais depuis il s'est spécialisé dans les bagels. Au choix, pain graines (pavot et sésame) ou nature ? Et après il vous faudra du temps de réflexion pour choisir entre le Bagel de la semaine, au jambon serrano, au chèvre-miel, au poulet rôti, au magret (!!!!), au pastrami... De 5-6 euros selon le bagel.

J'ai aimé ? Le bagel au magret. Il faut vraiment se poser lors de la dégustation car la garniture est généreuse : pain grillé puis bien nappé de creamcheese aux herbes, salade, pâte de tomate, du magret séché (et pas qu'un peu) et surtout du confit de figue ! (ou du confit d'oignon à choisir) L'ensemble est un délice !

Vous savez quoi ? Papilles a des liens de parenté avec la Papilloterie (5 rue Maury, vers St-Aubin), on y retrouve une carte restreinte de bagel (5 choix). Je vous recommande de ne pas tarder à découvrir Papilles car j'ai entendu des bruits (de fermeture prochaine arffff...)

>> Papilles, 23 rue de Fourbastard. Métro Capitole. Du lundi au samedi midi.

     

DulceBagelShop-A1.JPGDulceBagelShop-A2.JPG
      

Bar à Bagel  Cette bagelerie est voisine du Connexion Live. Cette minuscule adresse très exiguë propose pas moins d'une dizaine de bagel : au foie gras, au pastrami (de dinde), au classique saumon... De 4,80 € à 5,80 € (le Gersois, le sans gluten et le végétarien).

J'ai aimé ? J'aurais bien voulu commander celui au foie gras et chutney de figue mais souvent en rupture (enfin, les fois quand je suis passée)... Je me suis réconfortée avec le "Bagel Hot" avec creamcheese, sauce pimentée, roquette et tomate, "filet mignon" (pas vraiment, en fait, c'était du bacon, ça change tout) et moutarde douce. La lanière de poivron aigre-douce est une très bonne idée. L'ensemble était bon, et oui, ça piquait vraiment :)

Vous savez quoi ?  Une des rares bageleries proposant des bagels "sans gluten". Téléphoner pour connaitre leur disponibilité.

>> Dulce Bagel Shop, 10 rue Gabriel Peri, Métro Jean-Jaurès. Lundi & Mardi, de 10h à 18h. Mercredi au vendredi, de 10h à 1h du mat'. Samedi, de 17h à 2h du mat'. Attention fermé ! Prochainement, une nouvelle adresse ailleurs dans le même quartier.

               

dimanche, octobre 6 2013

[Màj] Les Curiosités #1 : les rencontres sucrées

Pause-sucrée  Inaugurée depuis peu mais tout Toulouse se presse et se laissent tenter chez Sandyan, la pâtisserie haut de gamme de Yannick Delpech (54 rue Alsace-Lorraine)... Quant à moi, je me laisse le temps d'y aller mais j'ai fait de douces découvertes ailleurs, là où on n'y pensait pas, là où on ne se presse pas...

             

BriochePraline.jpg

Brioche fondante aux pralines à la Cabane
(une sandwicherie au 40 rue des Filatiers)... J'étais juste venue pour me prendre un sandwich et rien d'autre. Au final, je suis repartie avec une formule sandwich, boisson et dessert à cause de cette brioche.

           

TartelettePommes.jpg

Tartelette aux pommes de la Brioche Dorée  Parmi les viennoiseries et les tartelettes framboise ou chocolat, celle-là s'est distinguée par sa simplicité tout bête des ingrédients (frangipane, pomme et pâte à croissant). Un délice !

            

Twix.jpg

Twix maison du SLDcafé (sandwicherie place de la Trinité) Venue pour commander un café noisette, et en passant, j'ai embarqué ce sablé caramel et chocolat ou Twix maison (plus connu sous le nom de Millionnaire Shortbead).

          

CookiesauDaim.JPG

Cookie au Daim du Café Den (CC St-Georges) Les Daims sont la meilleure chose que les Suédois ont inventé, bien loin des meubles en kit. Et en cookie, il fallait avoir l'idée !

           
PateisNata.JPG

Les Patéis de Nata alors là il faut être très sympa avec moi pour connaitre mon fournisseur officiel de ces tartelettes portuguaises ;)
Enfin, vous savez comment faire ;)

            

Allez bonne semaine gourmande !

   

Mise à jour : lire mon commentaire

dimanche, août 25 2013

Restaurant } Le Café Jean

CafeJean-A1.JPG

L'allée Jean Jaurès est une grande artère qui relie la Gare vers le centre-ville de Toulouse... Et j'ai souvent entendu dire « qu'il y a pas grand chose à manger dans ce coin...».

         

CafeJean-A3.JPGCafeJean-A4.JPG

« Là-bas c'est ici ! » cette phrase titillant l'inconscient attire les curieux vers ce bar-brasserie, le « Café Jean » qui a élu domicile au 75 allée Jean-Jaurès (à 2 pas de la Médiathèque Cabanis) depuis janvier 2013. Durant tout l'été, je me suis rendue plusieurs fois là-bas car je savais déjà qu'une table m'y attendait en terrasse. La salle est sobre et sombre et étonnamment spacieuse. On peut s'y poser pour commander un petit café, prendre son petit-déjeuner très tôt ou encore siroter une bière/un verre de Quercy des Iles vers 18h. A midi (et certains soirs), le Café Jean invite le Terroir toulousain dans nos assiettes (hélas, on ne le connait pas assez). Ce restaurant veille à proposer des produits de saison et en circuit court. Par exemple, le bœuf est aveyronnais, et même, les escargots viennent de Gragnague ! Ce qui est assez rare lorsqu'on sait, qu'en majorité, on consomme des escargots venant de l'Europe de l'Est. 

Le service, quant à lui, est motivé et enthousiaste. C'est sûr, ça donne envie d'y revenir pour continuer sa belle journée.

          

CafeJean-B2.JPG
Club-Sandwich aux rillettes de sardine

La tête de veau ravigote, la galette d'oreilles de cochon confites, l'aumonière de Cabécou aux fruits secs, escargot & ris d'agneau, pieds de porc désossées et farci, tartare de bœuf de l'Aubrac au couteau, les tripes au vin blanc... Leur carte est courte et reste traditionnelle, et proposée à des tarifs raisonnables...

Le plus alléchant est l'Ardoise du jour qui est actualisé quotidiennement sur leur page FB. Entre le plat, la suggestion et la salade-repas du jour, difficile de résister très longtemps !

              

CafeJean-C3bis.JPGCafeJean-C1.JPG
Cochon Capelin et sauce au fromage blanc / Polpettes de veau au parmesan et mesclun

Et dans l'assiette, ça donne quoi ? C'est délicieux, simple et sans prétention. Il y a eu des surprises comme la crème fouettée au Cabécou et tartare de champignon de Paris citronné (les papilles s'en souviennent encore!), le tartare de bœuf sauce tartare au fromage blanc et frites (un délice !) ou dernièrement, l'improbable salade d'aubergine au yaourt à la grecque et à l'estragon (on en tombe des nues!). Cependant, un petit regret que la pomme de terre soit souvent au rendez-vous...

Le Café Jean aime les enfants ! Au menu pour eux, "le petit" peut choisir le plat qui lui fait envie et son plat sera adapté à la portion, c'est bien mieux que des nuggets douteux/frites surgelés/boule de glace non ?

                 

CafeJean-D1.JPGCafeJean-D2bis.JPG
Brownie au chocolat blanc et noix de pécan / "Mini-Café"  Gourmand

Les desserts restent simples (brownies, tartes...) et copieux. Après un bon repas en bonne compagnie, il me reste juste de quoi caser un café gourmand. Le leur est "mini" : c'est-à-dire un café avec 2 mignardises qui se renouvellent chaque jour (tartelettes et pannacotta, salade de melon-myrtille et crème fouettée à l'ananas, tiramisù fruits rouges et tartelette pomme-chouchen...). La bonne quantité qu'il me faut pour clôturer le déjeuner :)

            

Le Café Jean a réussi son pari de proposer une cuisine "sans prétention" et de qualité, tout en restant accessible à tous. Et c'est aussi une bonne adresse pour les touristes souhaitant découvrir le terroir toulousain sans passer par la case "Cassoulet". Tout le monde sait ici, que le meilleur est le cassoulet des familles ;) Y'a pas de secret !

       

           

Café Jean, là-bas c'est ici !

75 allées Jean Jaurès, Toulouse. Quartier Jean-Jaurès/Matabiau. Tel : 05 34 41 64 68

Ouvert du Lundi au vendredi, Midi et Soir.

            

*****   

Bon  plan : Attention à vos oreilles et à vos papilles !!!  

Cette semaine (du 26 au 30 août), retrouvez Sandrine Prim et Emmanuel Wiener dans les "Cordons Bleu de la ville Rose" sur France Bleu Toulouse 90.5 Mhz de 10h à 10h30.

Partagez vos recettes en appelant au 05 34 43 31 31, et tenter de gagner un repas pour deux au "Café Jean" ;)

mardi, août 6 2013

Restaurant } La Promenade, à Verfeil

LaPromenade-A1.JPG

Promenons-nous... Elle m'en avait parlé il y a un an avec des étoiles plein les yeux, ce midi-là, mon contre-filet en est devenu fade. Un soir, c'est en compagnie de 3 musiciens que je me suis laissée emporter jusqu'à Verfeil, au nord-est de Toulouse (à 30min).

Après une carrière musicale, le Chef Nicolas Thomas échange son violoncelle contre le piano des fourneaux. Il a pris l'orientation culinaire en 2010, en passant le CAP et a même tutoyer les grandes cuisines d' O Saveurs et d' En Marge. Depuis 2012, il mène en solo derrière les feux de la Promenade, emblématique restaurant du village me dit-on. Ce fut longtemps un restaurant de village qui proposait des tapas. Aujourd'hui, le Chef Nicolas Thomas souhaite lui donner de belles notes en offrant une cuisine créative en liant des produits d'ici et de saison, en les travaillant de manière subtile dévoilant en bouche, une émotion vive. 

              

LaPromenade-B1.JPGLaPromenade-B2.JPG
L'Eléphant Rose - Ventoux

Placés sur la terrasse, rafraîchis par la température qui chute de ce début de soirée, hypnotisé par la vue sur le village... On s'est laissés guider par la carte à 4 plats -38 €- et par cette "L'Eléphant Rose" le bien nommé ;)

             

LaPromenade-B3.JPGLaPromenade-B4.JPG
En attendant...

Arrive ensuite la Focaccia et huile d'olive de Lucques. La star, c'est incontestablement, l'huile d'olive de Lucques, d'une délicatesse et d'une finesse élégante.

        

LaPromenade-B5.JPGLaPromenade-B6.JPG
Mise en bouche

Verrine tomate, vichyssoise de pomme de terre et crumble de Comté. Il fallait surtout plonger la cuillère pour attrapper les 3 couches. Simple et raffiné à fois. Terriblement efficace. 

             

LaPromenade-C1.JPGLaPromenade-C2.JPG
Jardin - Fèves... D'ici et d'ailleurs

La fève fraîche nous offre un jolie palette de vert et d'éclats. Nature, en purée... La falafel de fève fraîche, mes papilles en redemandent !

              

LaPromenade-D1.JPGLaPromenade-D2.JPG
Mer - Pêche du moment, asie

Tataki de thon & Sorbet tomate-verte et basilic, gelée de tomate verte, carotte barigoule et pétale soucis sur un riz vinaigré. Un sushi destructuré qu'il fallait restructuré avec nos fourchettes. On a sauté complètement de continent pour atteindre le Japon... 

          

LaPromenade-E2.JPGLaPromenade-E3.JPG
Basse cour - Volaille, filet et tourte

... Pour revenir sur nos terres. Tourte foie gras, suprême de volaille, girolle, arroser de jus de veau tout frétillant pour conjuguer l'harmonie du plat. 

              

LaPromenade-F1.JPG
Sucré - Pèche, chocolat blanc et verveine

Pêche rôtie, glace verveine, cigare de chocolat blanc. Une note sucrée merveilleusement parfumée, très fondante, voluptueuse et parfois craquante.

           

LaPromenade-F2.JPGLaPromenade-F3.JPG

La tisane à la verveine fraîche développe un parfum incroyable ! 

        

La Promenade est une belle adresse qui a fait nous dégourdir les sens... Il faudra y revenir car le chef Nicolas Thomas peaufine sa carte tous les mois. Et ça sera avec plaisir ! 

               

              

La Promenade

2 promenade Jean-Jaurès, 31 590  Verfeil.  Tel : 05 34 27 85 42

Ouvert le Midi, du Mardi au Dimanche. Le Soir, du Jeudi au Samedi.

jeudi, août 1 2013

Restaurant } Les Polissons

Polissons-A1.JPG

Les Polissons

            

Polissons-A3.JPG
Polissons-A2.JPGPolissons-B1.JPG
Ardoise du Jour / Carpaccio de Lomo mariné

Nouvelle adresse ouvert depuis Mai (avant c'était le Code Bar, adieux les fameux brunch ! Leur omelette ahhh...). Bien que l'endroit vient d'ouvrir, on a l'impression qu'il a toujours existé... Dans la déco, rien de neuf, le bar imposant, le carrelage usé témoignant d'un passé... 

Au service, des jeunes efficaces qui ont l'air étudiant. Et lorsqu'on apprend que ce sont les propriétaires, on prend de suite un coup de vieux ;) Les Polissons est un bistro de quartier mais aussi une affaire de famille, et pas le premier. Vous connaissez, sans doute, le Bistro d'Austerlitz (à J. Jaurès) dont on vous a vanté plusieurs fois leurs savoureux burgers ! C'est eux aussi. 

                    

Polissons-C2.JPGPolissons-C1.JPG
Rôti du jour : Coeur de Longe de Porc / Filet de Daurade

Tous les midis, l'ardoise dévoile le menu du jour : une entrée, 2 plats à choisir - dont le rôti du jour cuit à la broche et 1 dessert. Leur carte tient en 2 pages (les boissons et les plats), fait la part belle aux spécialités du sud-ouest. 

Les rôtis du jour est comme un joli retour en arrière... Certes, ça nous rappelle ces plats du dimanche midi en famille, mais heureusement que les quantités restent raisonnables. Et le jus, comment ne pas résister à saucer ! En plus, c'est joliment présenté. 

Je suggère un petit bémol au chef, attention au sel ! 

        

Polissons-D1.jpg
Tartare de Boeuf

Le Tartare de Boeuf est très agréable, bien assaisonné par le chef. On tombe sur le croquant des cornichons et des olives noires. Il manquait juste quelques gouttes de Tabasco en plus à mon palais. J'ai surtout apprécié la surprise en soulevant la salade, et j'adhère totalement : C'est au client d'avoir le plaisir d'éclater le jaune d’œuf !

Mes yeux-radar ont repéré les grandes salades - leur salade César n'a pas volé sa bonne réputation. Qui n'a jamais osé de manger dans le saladier étant môme ? Moi si, je n'ai pas entendu d'être adulte pour le faire ;) Aux Polissons, c'est possible : les salades sont présentés dans de grand saladier (à titre de comparaison, c'est moins copieux que les salades du Carson mais quand même). Manque plus que le bavoir ;) 

            

Polissons-E1.JPG
Café Gourmand

Le café gourmand change assez souvent... Hélas car leur glace au Basilic est une merveille à découvrir ! Et la verrine de citron meringué, très onctueuse, manque un brin d'acidulé tutoyant la perfection. 

               

Belle adresse rapide le midi, et le soir, je sais pas. Et pour couronner le tout, "les Polissons" reste ouvert tout l'été ! 

            

          

Les Polissons

35 rue de Rémusat, Toulouse. Métro Jeanne d'Arc. Tel : 05 61 22 47 05 (réservation possible)

Mardi au Samedi, de midi jusqu'à 2h du mat'.

mardi, février 19 2013

Le Carré Rouge #2

CarreRouge2-A.JPG

Épices & Curiosité  Je n'ai pas mis longtemps pour revenir au Carré Rouge ;) Au dîner, même adresse, même décor et même musique, et pourtant quelque chose avait changé... Passant d'une ambiance bistrot le midi à une ambiance romantique et intime, dès la nuit venue : Lumière tamisée et bougie allumée.

Nous étions les premiers spectateurs, mais tout de suite, le restaurant afficha complet. Une population plus jeune & active se mit à enflammer la salle.

Pour nos choix, on s'est laissé guider par les conseils du Maître d'Hôtel, un mélange de menu « Textura et Sopresa ». 

               

CarreRouge2-B.JPGCarreRouge2-C1.JPG

CarreRouge2-C2.JPGCarreRouge2-C3.JPG

Les amuses-bouche  Les cocktails sont tentants, laissez-vous séduire ;) « Le Cocktail du moment » nous fait de l'oeil. Crème de fraise, jus de Goyave, le tout allongé de Champagne débordant dans un verre à margarita. Même siroter à deux, il nous a accompagné tout au long de la soirée.    

« Miche de pain et beurre demi-sel » tout en restant très classique pour commencer un repas, ils sont bien savoureux. De bons et simples produits, tant et si bien, qu'aucune miette n'a demeuré. Les amuses-bouche suivant sont à prendre au pied de la lettre : « Crème glacée de butternut, crumble de spéculos et étonnante chips de courge » avec un invité surprise ;) Intrigante « Limonade de cèleri-branche et granny-smith ». Ils sont apparus récréatifs, divertissant le palais et les yeux. 

             

CarreRouge2-D1.JPGCarreRouge2-D2.JPG

Son entrée  « Saint-Jacques, sabayon de champagne... » Souvenez-vous, j'ai eu ce plat au déjeuner, voilà une présentation à la hauteur du cadre qui a rendu ce plat encore plus appétissant. Le sabayon était à la fois léger et riche en saveur, formait une symbiose élégante de tous ses éléments.  

Mon entrée  « Ravioles de foie gras aux champignons des bois, bouillon de poularde & huile de truffe» à chaque bouchée, mes sens en sont devenus de plus en plus étourdis. Je vous invite tous à goûter ce plat :)

  

CarreRouge2-E1.JPGCarreRouge2-E2.JPG

Son plat  « Cabillaud, rattes confites, jus de condiments & pickles d’oignons ». L'assiette originale présente un dos de cabillaud copieux et fondant. La sauce relevée met bien en valeur la texture moelleuse du poisson. Excellente suite élégante et complémentaire de l'entrée.

Mon plat  « Pigeon, panais et jus de poularde...» un plat au goût sauvage mais ramener à sa douceur grâce au panais. Le pigeon est cuit parfaitement, le jus de poularde se plait à jouer l'entremetteuse. La mousseline de panais est si douce qu'on dirait un bisou. Le panais confit est étonnante, car je pense reconnaître une autre saveur cachée de citron vert ou de citronnelle (?!).

     

CarreRouge2-F1.JPGCarreRouge2-F2.JPG

Le dessert  « le 6ème sens... » Un entremet aux deux chocolats sur sablé breton et biscuit caramel qu'on avait peur de le défaire tellement la présentation est jolie. Quant au goût, le mariage était très doux. Remarquable conclusion d'un délicieux dîner en amoureux.  

Quelle ne fut pas ma surprise lorsque on me posa un présentoir rempli de différents biscuits (montécaos, congolais etc...) pour accompagner mon café. 

               

Hélas, le temps a filé entre nos doigts, on aurait aimé qu'il ralentisse durant toute cette délicieuse soirée. A refaire, en explorant la prochaine carte (qui change tous les deux mois). 

Merci à toutes l'équipe pour l'accueil chaleureux et leurs précieux conseils, et au chef Valentin Néraudeau, d’avoir pris la peine de venir discuter avec nous de sa passion :)

             

              

Le Carré Rouge

6 rue des Prêtres, quartier Carmes. Toulouse.

Ouvert le soir, du Mardi au Dimanche. Tel : 05 62 88 07 21

Menu « Textura » à 34 € et « Sopresa » à 49€. 

mardi, février 12 2013

Le Carré Rouge #1

CarreRouge-A.JPG

Sens & émotion  Lorsqu'on m'a donnée rendez-vous au Carré Rouge, dans une rue des quartier des Carmes, je me suis trouvée incroyablement intimidée. Par l’actualité tout d'abord, vu que le jeune chef Valentin Néraudeau participe en ce moment dans l'émission de Top Chef sur M6. Je devine les filles, que vous aviez déjà repéré ce bel homme discret ;)  Et ensuite par le cadre de l'établissement, soigné, ainsi que par la carte alléchante des menus du soir. Je m'y était rendue pour déjeuner ( c'était fin Janvier). 

                

CarreRouge-Table.JPG

On nous installe autour d'une table. Moi, sur la banquette moelleuse, mon regard qui se promène dans les détails de la décoration. 

Aujourd'hui, la moitié des couverts était occupée. L'ambiance était calme, la musique un peu forte. Et il y avait une lumière idéale pour prendre des photos ;) 

A midi, on nous propose un menu «Retour de marché». Mais ce midi-là, le menu unique était quasiment copié sur le menu du soir «Textura». Je vous avoue que je m'en pâmais d'avance. 

                

CarreRouge-B.JPGCarreRouge-C.JPG

J'ai commandé un cocktail à l'aveuglette «le Carré Rouge». A base de crème de mûre et de Gin. Un délice. Une belle surprise car je n'aimais pas le gin ! 

On attaque par des petites Saint-Jacques, sabayon de champagne et fondue de poireau... Un sabayon dès l'entrée en scène, est une prise de risque. Surtout que c'est l'un de mes plats préférés, en version «salée». La présentation était rustique, les Saint-Jacques nacrées, le sabayon fondant et les poireaux discrets. 

               

CarreRouge-D.JPGCarreRouge-E.JPG

Ensuite, arrive le plat. Cabillaud, pomme de terre ratte et champignon. Le poisson était parfaitement cuit et les rattes confites. Ce plat m'a conquise car souligné d'un jus délicieux légèrement sucré-salé. On ne s'excusera pas de nettoyer son assiette à coup de pain (raisin et noisette). 

En dessert, la Tarte Tatin et quenelle de chantilly à l'amaretto m'a achevée en douceur. Ah bonheur !

                  

Le midi, le menu du marché est très accessible (15 € le menu sans les boissons) et offre un joli aperçu. Et le soir ? A suivre... 

               

          

Le Carré Rouge

6 rue des Prêtres, quartier Carmes. Toulouse.

Ouverture au déjeuner du Mardi au Dimanche, sauf Samedi. Tel :05 62 88 07 21

                    

mardi, janvier 22 2013

Un vendredi soir chez l'Herbe Tendre

HerbeTendre-A.JPG

Comment le mener à la baguette ?  Sortie en amoureux, le vendredi soir, à L'Herbe Tendre, petite adresse discrète établie à la rue des Paradoux (anciennement le Vert-Caramel). La maison est tenue par deux frères. L'un a travaillé à la Cale Sèche (vous savez le planteur à partager et les fameux rhums arrangés à mini-prix, rue Gambetta), et l'autre a fait sa carrière derrière les fourneaux (du restaurant alsacien, du bouchon lyonnais en passant même dans une cantine à sushi).

                   

HerbeTendre-B.JPGHerbeTendre-C.JPG

Petite salles de quatorze couverts, baguettes et verres sur les tables. Ambiance vinyles, livres, tableaux aux murs de briques. La cuisine est ouverte mais un trésor se cache au bout du couloir... Sa cour qui faudra profiter dès l'arrivée des beaux jours... Installés dans la salle, on se sent comme chez soi, bordé par la musique. Seul petit bémol, le moment où un petit groupe de 6 arriva dans la trop petite salle... 

Parce que je me sentais bien et que le lieu s'y apprêtait, j'ai commandé un planteur (rhum cannelle allongé de jus de fruit) pour m'ouvrir l'appétit. 

                    

HerbeTendre-D.JPGHerbeTendre-E.JPG

Le midi, ils proposent des assiettes rustiques et copieuses (assiettes composées de salade, pommes de terre sautées à la bière et plat du jour...). En dessert, tout le monde tombe dans le piège du Café Gourmand car l'assiette est si généreuse qu'il est bien triste de s'en contenter tout seul.  

Le soir, enfin certains soirs, comme le vendredi, ils proposent des ramens ! Mais c'est quoi ? C'est une soupe-repas d'origine chinoise dont les japonais raffolent. Traditionnellement, c'est un plat à base de nouilles de blé servi dans un bouillon de porc. A l'Herbe Tendre, les ramens sont préparés à leur façon avec des produits frais bien de chez nous : du canard, un oeuf poché, poireau, champignon, carotte, des nouilles ramens, une belle poignée d'herbes fraîches... Ce qui donne, en effet, un plat fusion que typiquement japonais. D'ailleurs, j'ai été très marqué par cette avalanche d'herbes, qui me rappelle le ka tiew khmer ou le pho viet

             

HerbeTendre-F.JPG

De mon côté, mon riz sauté était imposant. Plus je m'avançais, plus je me demandais si cette dune de riz allait s'affaisser. Je tombe sur des champignons de Paris, des tronçons de poireaux, une belle portion magret (hélas trop cuit) qui se cachent sous la colline de riz. Pour ce repas, sans aucun doute, il convenait de prendre son temps. La soirée nous appartient...  

                        

HerbeTendre-G.JPG             

Ensuite, bien que le bol de ramen et le riz sauté calent bien, n'oubliez pas de finir par une note sucrée ! Il serait dommage de se passer de leur Café Gourmand si fameux. Et un Café Gourmand pour deux, et UN !  

                 

Une belle soirée décontractée à deux, un dîner repus, et une addition toute en légèreté.

Aux dernières nouvelles, désormais jeudi soir, c'est aussi ramen !

                   

               

L'Herbe Tendre

45 rue des Paradoux, Toulouse. 05 61 14 17 80

Mardi de 16h à 22h. Mercredi et Jeudi, de 14h à 22h. Vendredi et Samedi, de 12h à 21h30. 

jeudi, novembre 15 2012

Toulouse // Le Café Parisien

CaféParisien-A

Bistrot toulousaing'  Avant au Café Parisien, je m'arrêtais pour siroter un café-crème ou un Perrier-citron en belle compagnie sans trop faire attention au lieu... Depuis février dernier, en allant au marché, j'ai remarqué qu'il y a eu un changement de Propriétaire dans l'air rien qu'en lisant la suggestion du jour qui me tentait follement...

Tour à tour, café du matin, bistrot au déjeuner et salon de thé l'après-midi. Le Café Parisien tire le rideau le soir. La déco y est chic et parisien, j'aime bien prendre mes aises côté « bibliothèque en trompe-l'œil » sur un des petits fauteuils cosy.

Situé proche du Marché Victor Hugo, où à l'heure du déjeuner, les toulousains prennent l'assaut des restaurants au-dessus ou ceux aux alentours du marché. Le Café Parisien est une bonne adresse où une table vous attend. Justement, qu'attendez-vous ?

          

CaféParisien-DCaféParisien-Dbis 

Le service, lui, est à la parisienne. Si vous ne prenez qu'un plat, on vous fait la grimace. Ce qui est hélas dommage, surtout lorsqu'on veut passer un moment agréable... Et heureusement qu'on y revient pour sa cuisine bistronomique assurée par Michel Lafitte (ex-l'Adresse restaurant devenue aujourd'hui le Petit Magre).

        

CaféParisien-EbisCaféParisien-E

La carte tient en 2 pages où se dévoile les grillades traditionnelles, les grandes salades... Il existe un menu de midi (ce jour-là, un écrasé de pomme de terre et saucisse grillée) suivant l'inspiration et les saisons, ainsi qu'un risotto du jour ou un poisson du jour (à la carte).

Ce midi-là, le plat du jour ne nous inspire pas. On a préféré regarder la carte. Après une longue hésitation, parce qu'on avait tout envie. Ma camarade de table s'est laissée tenter pour la belle Salade « tout canard » (magret, cou farci... venant de chez Samaran). 

Quand j'hésite trop, je prends toujours le poisson et j'ai bien fait. Mon Cabillaud, piperade au chorizo et purée de pomme de terre n'a l'air de rieng' mais il était plutôt copieux et gourmand. Belle idée d'avoir associer le chorizo dans la piperade relevant bien les saveurs. Et soudain, ça me renvoie il y a quasiment un an plutôt où j'ai mangé un cabillaud au Bibent. Mais là, je me régale sans trop penser à mon (petit) budget. 

            

CaféParisien-FCaféParisien-Fbis

Bonne rare surprise au dessert dans un bistrot : les desserts sont maison, le choix ne manque pas et a été difficile ;) Jolie Tarte au citron meringuée pour ma camarade et café gourmand pour moi. Mon dessert était tellement Gourmand qu'il éclipserait même le café, macaron, rocher coco, mini-cookie, verrines de tiramisù et de pêche melba (c'était en fin d'été) qui se bousculent sur ma petite assiette. 

                  

Une adresse savoureuse à deux pas du Marché Victor Hugo et à 3 pas du Capitole où l'on peut se pointer sans réservation pour bien déjeuner (à base de produits frais) sans trop sacrifier son porte-monnaie. Bravo !

           

                                 

Le Café Parisien

29 bis boulevard de Strasbourg, Toulouse. 05 61 21 54 12. En semaine, à midi, il vaut mieux réserver.

Ouvert de 8h à 20h, tous les jours sauf dimanche.

Twitter

mercredi, octobre 31 2012

Toulouse // Le P'tit Louis

LePtitLouis-A.JPG

Petit mais gourmand  Je pense vous avoir assez convaincu d'aller déjeuner/goûter/ papoter/rêvasser au Solaneko, ma cantine préférée à St-Cyprien. Désormais il faudra compter aussi le P'tit Louis. Ce n'est pas une infidélité au Solaneko mais une raison de plus pour traîner dans ce beau quartier. Le P'tit Louis a ouvert depuis le printemps dernier, et comme son nom l'indique pas, c'est une sandwicherie/saladerie. C'est une petite salle qui compte une douzaine de couverts à l'abri, dont six au comptoir, en face de la cuisine aux allures contemporaines. Des poupées, peluches, des livres de cuisine de grands chefs en anglais en guise de déco. Si vous tendez l'oreille, on peut entendre les pleurs d'un petit à l'annexe du resto.

                 

LePtitLouis-B1.JPGLePtitLouis-B2.JPG

Donc sur la carte, des sanwiches, pizza, gratin... Mais ce qui nous intéressent le plus, ce sont les spécialités coréennes car cette sandwicherie est tenue par un couple franco-coréen et il serait bien dommage s'en passer ;) Je n'ai pas l'occasion de goûter aux sandwiches mais d'après Tomoko du Solaneko, ils sont aussi délicieux.

             

LePtitLouis-F1.JPGLePtitLouis-F2.JPG

Les plats chauds coréens sont préparés à la commande (sur place ou à emporter). J'assiste avec émerveillement la préparation des plats. J'adore regarder les gens cuisiner quelque soit le plat, ça me captive. 

Hélas (pour moi), les viandes sont marinées à l'avance, j'espérais apercevoir un petit secret de fabrication ;) Les plats sont revenus avec des carottes râpées, du choux émincé, de l'oignon et même des tteoks (pâtes de riz courtes) qui caramélisent avec le jus de cuisson.

                

LePtitLouis-C1.JPGLePtitLouis-C2.JPG

En attendant la commande de nos plats, nous apaisons notre ptit creux avec un « Triangle » kimbap au thon (bref, comme un onigiri japonais). Et bonne surprise, la feuille d'algue a gardé son croquant et son goût. La farce au thon est relevée par des morceaux d'oignon.

Le P'tit Louis propose aussi donc des kimbaps (sur place ou à emporter). De gros makis coréens dont la farce est composée de légumes et viandes cuites, mais pas crues (contrairement aux makis japonais).

                

LePtitLouis-D1.JPGLePtitLouis-D4.JPG

Tous les plats chauds coréens sont servis avec une souplette (à base de miso) et d'une salade verte. Leur vinaigrette est très rafraîchissante : du citron ? Du Miel ? De l'échalote ??? Mais il doit avoir un petit secret encore ?

Si vous aimez les plats relevés, jetez-vous (incon)sciemment sur le porc « Jeyuk bokkeum ». Mes papilles s'en souviennent et en redemandent ! Très pimenté comme je l'imaginais. Ou alors le poulet « Dak galbi », dont la marinade est à dominante « aillée » (ça doit être pas mal à emporter pour embêter ses voisins de bureau). Dans les deux plats, les viandes restent très gouteuses et moelleuses.

                                 

LePtitLouis-D2.JPGLePtitLouis-E1.JPG

Ou si vous souhaitez commencer en douceur dans la gastronomie coréenne, optez plutôt pour le « Bibimbap ». Le plat national coréen composé de riz chapeauté de plusieurs légumes et de bœuf mariné (ou poulet).

               

On a fini notre repas par un thé coréen soit à base de racine (dont j'ai oublié le nom) ou de blé. Mais bon, je crois qu'il faut que je revienne pour goûter de nouveau les plats et deviner tous les secrets des marinades coréennes ;)

         

              

Le P'tit Louis

32 rue de la République, Quartier St-Cyprien. Toulouse. 09 54 89 74 35

Ouvert du Lundi au Samedi, à midi et en soirée. Sur place ou à emporter.

- page 1 de 4