Carnet d'une gourmande chronique...

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi, avril 22 2014

Brunch } Deux sur la Balançoire, la promenade gourmande du dimanche

DeuxSurLaBalancoire-A.JPG

Envie d'un brunch tranquille en tête-à-tête ? En famille ? Enfilez votre habit confortable du dimanche, n'oubliez pas d'échanger vos pantoufle contre des chaussures de marche, et suivez-nous à l'écart de la ville, au quartier des Minimes. Laissez-vous guider par votre appétit, car il y aura de la générosité au menu ;)

          

Lui est chef, et elle est pâtissière et gère aussi la salle au moment du service. Ensemble, ils ont ouvert "Deux sur la Balançoire" fin 2013, un restaurant de quartier proposant une cuisine de marché. Dès que l'on pousse la porte, on est sous le charme du cadre romantique et mordante à la fois (portraits N&B de chiens joliment encadrés), par sa lumière et l'espace que peut offrir une adresse hors du centre-ville.

Ici, on vient aussi pour leur brunch dont le menu change chaque dimanche et varie selon l'humeur des amoureux. Leur prix fait sauter le pas, il est de 18e, on se laisse tenter ?

             

DeuxSurLaBalancoire-B1.JPGDeuxSurLaBalancoire-B2.JPG

Premièrement, on se réchauffe tranquillement les doigts avec la boisson chaude de notre choix (thé, café ou chocolat). Le smoothie du jour nous apporte notre cure de vitamines fruitées (pomme, kiwi & banane à mon passage). La bonne surprise ? Les boissons sont à volonté, même le smoothie (pour les fans).

Pour accompagner, on nous sert une corbeille de pains et viennoiseries (de la boulangerie d'en face) avec beurre et deux confitures-maison (gelée de fraise ou confiture de pastèque).

              

DeuxSurLaBalancoire-C1.JPGDeuxSurLaBalancoire-C2.JPG

Débarque ensuite la grande assiette salée : L'œuf du jour était brouillé au jambon. Le lard grillé était accessoire mais le bienvenu. Le légume du jour était un velouté de potiron & croûton. Le veau marengo (le petit plat du jour) se dégustait à la petite cuillère tellement il était ultra fondant et réconfortant. Le tout était servi chaud et le défi est de savoir par quoi et par où commencer. N'hésitez pas trop longtemps, ça va refroidir ;)

Et pour clore, la petite assiette sucrée était un entremet de la maison. Pour tout avouer, on craignait voir débarquer une grande assiette, oufff... ;)

     

Un brunch conjuguant décontraction et gourmandise, à l'accueil amical, on dit oui !

         

                 

Deux sur la Balançoire

96 boulevard Pierre et Marie Curie, quartier Minimes (métro Barrière de Paris). Toulouse. Tel : 09 83 76 50 00

Ouvert le midi, du mardi au dimanche. Le soir, du jeudi au samedi. Brunch seulement dimanche. 

mardi, avril 8 2014

Sélection } Les restaurants coréens à Toulouse

Répétez après moi : Bibimbap, Bulgogi, Kimchi, Japchae… Parce que c’est certain, vous allez être accro à la cuisine coréenne, mais vous ne le savez pas encore !

              

On pourrait s’imaginer que la cuisine coréenne ressemble à celle de ses voisines, chinoise et japonaise. Et pourtant, elle possède une vraie identité. Elle est très variée (légumes, nouilles de toutes sortes, viande…), conviviale et ludique, mais sucrée et relevée à la fois. Il serait dommage de passer à côté de la cuisine coréenne d’autant plus que nous avons la chance à Toulouse d’être gâté. Car depuis 2-3 ans, il s’est ouvert pas moins de 6 adresses dans la région. Gare à vos papilles !!!

          

JinJi-ELePtitLouis-D4.JPG

Le JinJi, le plus gastronomique 

Dans un cadre moderne et confortable près du centre-ville de Blagnac. Le JinJi est tenu par un couple franco-coréen. Longtemps, la patronne était en cuisine mais depuis peu, elle accueille aussi les clients. Sur la carte, un beau mariage entre la cuisine coréenne avec des produits du Sud-Ouest : porc noir de Bigorre, bœuf aveyronnais, canard gersois… A midi, elle propose un menu du jour avec 2 plats coréens authentiques. Le soir, place au fameux barbecue. Autre petit trésor (ou curiosité gustative), la maison propose un « kimchi » affiné d’un an. 

>> Jinji – Table Coréenne, 23 rue des Mines, Blagnac. 05 61 15 71 00

              

Le Petit Louis, la petite cantine 

Avant tout, c'est une -bonne- sandwicherie où les propriétaires d’origine coréenne ont eu l’audace de proposer quelques plats coréens pour faire découvrir. Les plats sont préparés à la demande et peut être déguster sur place (s’il en reste une de libre) ou vous pouvez l’emporter (pour le bureau ou à la Prairie des Filtres). Leur « jeyuk » (poelée de porc mariné au piment) qui arrache (vivement recommandé aux téméraires), un « bibimbap » coloré et très doux, des triangles « kimbap » dont l’algue nori croque encore. 

>> Le P’tit Louis, 32 rue de la République, quartier St-Cyprien, Toulouse. 09 54 89 74 35

                     

Seoul-DessertA.JPGKimbap-3

Le Séoul, le plus traditionnel 

Sur la rue Pargaminière, proche de la place St-Pierre, se trouve le Séoul. La cuisine ouverte donne sur une petite salle à la décoration épurée. La maison propose les fameux barbecue (au boeuf, porc, poulet et canard), ainsi que les Mandous (ravioli), le DolsoBiBimbap… Mais leur spécialité est le chabu-chabu. Une fondue au bouillon où l’on plonge soi-même de fines tranches de bœuf et des légumes variés. 

>> Séoul, 42 rue Pargarminière, quartier St-Pierre, Toulouse. 05 61 23 67 92

            

Le Boli Café, le plus insolite 

C’était un cyber-café reconvertit peu à peu en cantine et salon de thé coréen. Au début, des kimbaps sont proposés. Petit à petit, d’autres spécialités viennent compléter la carte : le BiBimbap, le Japchae (nouilles de patate douce sautées), les Lamyons (ramen coréenne)… tout ça à petit prix. Leur reconversion est un succès. Il faut réserver pour avoir sa table à midi. L’adresse est plutôt fréquentée par une clientèle jeune et il faut savoir apprécier la K-pop ;) 

>> Boli Café (ex-Cyber King, puis ex-Kimbap Queen), rue Gambetta, quartier Capitole, Toulouse. 09 50 30 81 41

            

LeeIn-B3.JPGGinDalLe-A.jpg

Le Lee In, le plus paisible 

Ouvert il y a 2 ans et demi, caché au fin fond du quartier Lardennes, le Lee In fait salle comble à midi. Le soir, l’adresse est fréquentée par les gens du quartier et l’ambiance y est plutôt calme qu’on a l’impression d’avoir la salle rien que pour nous. Du choix dans les entrée et les plats, mais optez pour le menu traditionnel à 8-9 plats adaptés aux palais douillets des occidentaux (si vous souhaitez «épicé», surtout n’hésitez pas à leur demander) . Même si les plats de l’entrée se bousculent, prenez le temps de les apprécier. Parce qu’ensuite, arrivent le porc et le boeuf sauté, la soupe Doenjang (une cousine de la soupe miso), le bol de riz et les petits assortiments/accompagnement de légumes du moment (les banchans et les namuls), on comprend alors pourquoi les tables sont de grande dimension. Attention, mardi c’est sushi & sashimi au programme. 

>> Lee In, 4 bis allée du Dr Zamenhof, quartier Lardennes, Toulouse. 05 61 78 85 08 

            

Le Gin Dal Le, le coréen japonisé 

Le lieu grouille d’Airbusien. Dans l’assiette, on est vite dépaysé par les entrées, quelque soit la petite soupe (doenjang aux légumes et émincés de boeuf) ou la salade maison (une petite part de crudité où sont posés des beignets de légumes, crevette et ravioli) souligné d’une petite sauce rafraîchissante à la mangue. Cependant, les sashimis sont décevants, la façon de couper demande beaucoup de mâche en bouche (bref, ça manque de fondant). Je vous recommande plutôt les plats cuisinés (chiken kastu, bulgoki, guikori…), qui en plus d’être bien présentés ; les sauces-maison sont également bonnes. 

>> Gin Dal Le (ex-Yakiyori), 5 allée de Corrèze, 31 770 Colomiers. 05 61 15 79 21

             

----------

NB : Cet article a été publié pour la première fois en Avril 2013, chez le blog gastronomique de Carré d'Info « La Muse Bouffe ».

vendredi, avril 4 2014

Pas de raison de s'ennuyer le week'end #6

RDVSaveursRouffiacTolosan.jpg

           

Ce week-end, rendez-vous à Rouffiac Tolosan (salle polyvalente) pour le 1er salon gourmand et des loisirs culinaires.

            

lundi, mars 31 2014

Restauration rapide } Régis Burgers, pour les faims démesurées...

Après un mois d'absence sur le blog, je reviens avec encore plus de choses appétissantes à partager. A table ! ;)

   
            
BurgerRegis-A.JPG

                          

Envie de mordre dans un burger goûteux dont la garniture déborde et de n'avoir plus de place pour les frites-maison ?? Et dont la réalité est encore plus appétissante que la sage photo de leur tract publicitaire ? Courrez chez "Burger Régis" 10 pl Jeanne d'Arc, le futur spot burger déjà incontournable dans le centre de Toulouse ! 

           

Régis c'est qui ? C'est le nom du boucher-traiteur basque d'à côté. En déménageant sa boucherie, il a gardé ce premier local pour en faire une mini-brasserie burger à la déco douteuse (maillots sportif). L'emplacement n'est pas très glamour, la vue donne sur les arrêts de bus mais on peut prendre à emporter. RégisBurger a ouvert depuis 2 mois et on est accueilli par Paola et Christian. Tout est frais et venant à 2 pas de là : le boeuf haché vient de sa boucherie (chaque sandwich cache 200gr de viande !), les pains d'un artisan boulanger, le fromage est du brebis basque (ouste le cheddar en plastique !), la salade du marché... Pour des recettes très terroirs et délicieusement franchouillardes, chaque burger est baptisé par le nom d'une figure de motocross, tel que le Backflip (boeuf, lard, fromage de brebis, cornichon et sauce béarnaise bien estragonée - mon préféré), le Cancan (aux légumes, le végétarien), le SupermanTrick (boeuf et foie gras), Rock Solid (magret et foie gras), le Tsunami (avec une sauce basque qui pique)... Et si vous avez fait le tour de la (courte-)carte, il y a aussi les suggestions du moment, comme le Harley (magret et pomme caramélisée).

Pour une version encore plus follement gourmande, on peut oser demander un supplément "foie gras frais" poêlé pour 3e de plus ;) 

        

Compter 6,90e le burger seul, et 9e pour la petite formule (burger simple, frites maison et boisson). N'oubliez pas de leur demander la carte de fidélité, vous allez vous surprendre de revenir. 

         

          

Régis Burger

10 place Jeanne d'Arc, Toulouse.

Ouvert du Lundi au Samedi, midi et soir. Sur place ou à emporter.

- page 1 de 97