Carnet d'une gourmande chronique...

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Chez les autres

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi, mai 29 2012

À l'improviste

Chez Ludovic  En temps normal, on aurait dû faire notre émission mensuelle,  et si j'avais le courage, mise en ligne la recette choisie... Mais ça a été autrement... Ne manquez pas le prochain rendez-vous fixé le 26 juin, toujours de 8h à 9h chez Eugène :)

Allez, je sens que vous avez soif de de curiosité : À quoi notre duo carbure ? Que de bonne chose ! C'était le lundi de la Pentecôte. Pour se mettre en appétit, il y a eu cette petite salade très verte dont les feuilles craquent et ponctuée de fèves fraîches.

              

Veau2012-AVeau2012-B

Ensuite, le fameux Rôti de veau cuit doucement au lait donnant une chair moelleuse, servi avec une purée de patate au beurre, mais surtout les carottes à la Rodolphe. Je suis très difficile avec les carottes cuites, mais là, elles sont fondantes à souhait.

              

Veau2012-CVeau2012-D

Far au pruneau tout doux, café et tout petit morceau de chocolat. Juste ce qu'il faut pour bien finir un repas. 

              

Merci camarade d'avoir pu mettre les pieds sous la table ;)

vendredi, juillet 15 2011

« Salade de nems party » chez mes parents

La suite  Avant l'entrée surprise, on avait apporté de quoi faire un apéro...

2011-07-A

Un saucisson aux herbes de Provence venant du marché.

Et en plat principal, une salade de nem.

              

2011-07-H2011-07-K

À gauche, des vermicelles de riz (marque Wai-Wai) cuites à l'eau bouillante quelques secondes, bien égouttés. Ma mère y ajoute de l'ail frit.

À droite, salade batavia, basilic thaï, menthe, germe de soja maison et petit concombre cambodgien.

                

2011-07-I2011-07-J

Émincé de canard mariné grillé et quartiers d'œufs durs.

Nems maison. Petite astuce, pour couper les nems en tronçon, utiliser un ciseau de cuisine ;)

                

2011-07-L

Chacun réunit ce qu'il aime dans son assiette avec un peu de sauce pimentée, des cahuètes pillées et ne pas oublier d'arroser généreusement de sauce « nems ».

Déguster ;)

               

jeudi, juillet 14 2011

Oeuf-coque à la cambodgienne - Attention, Esprits Sensibles s'abstenir

Dimanche soir  Nous avons rendu visite à mes parents et comme d'habitude, ils ont mis les petits plats dans les grands...

Pour marquer le coup, mes parents se sont faits plaisirs. Mais que mijotent-ils ??               

2011-07-B2011-07-C

À gauche, dans la première coupelle, du sel et du poivre. Celle du haut, des quartier de citron jaune...

À droite, des herbes du jardin, de la coriandre épineuse et du polygonum...

Des fruits de mer ? Du poisson grillé ? De la viande blanche au bbq ? Une soupe pho en pleine été ?

2011-07-D

Donc au menu, nous avons eu des œufs... Un œuf au chocolat, un œuf à la coque ?

Si c'était un banal œuf à la coque, je n'aurai même pas pensé à faire un billet sur ce blog... Cet œuf a quelque chose de plus... Surprise, il est couvé ! Un futur poussin, quoi. Un embryon fœtus de poule d'une vingtaine de jour qui s'est formé.

Argh !!! Cri d'horreur !!! Vite sous la table !! Où se trouve la sortie ?

Mais revenez ! Il ne va pas vous manger puisque c'est à vous de le manger...

Quoi Beurk ??? Vous mangez bien du lait de vache, des animaux, des escargots au beurre d'ail, des burgers triple-pontage, des oursons gélifiés, des andouillettes, des légumes formatés, de l'agneau tout doux tout mignon, du caviar, de la cuisine « allégée », des fromages douteux etc... Vous n'allez pas déserter face à un œuf !?

Donc, je vous présente le « Pong mouane kone », littéralement « l'oeuf du poussin ».

L'œuf couvé présente un en-cas bon marché que les cambodgiens dégustent souvent dans la rue, auprès des marchands ambulants. C'est un met très courant dans l'Asie du Sud-Est et dans quelques pays d'Afrique.

2011-07-E

Trouver ces œufs pour cette consommation est possible en France, comme par exemple dans les hyper-marchés asiatiques. Cependant, ne pas confondre avec les œufs de cent ans, qui n'ont rien à voir. Mais ma mère préfère les acheter via un producteur pour être sûr de la qualité. 

Il faut les cuire 20 min à l'eau bouillante. Durant ce temps, on prépare les condiments (voir plus haut).         

Comment le déguster ? Poser l'oeuf dans un coquetier, la partie bien bombée vers le haut. Tapoter avec le dos de la cuillère et le parer comme si vous manger un œuf à la coque traditionnelle. Percer la membrane, aspirer le jus en faisant du bruit (c'est le jeu). Saupoudrer de pincée d'un mélange de sel & poivre, presser un quartier de citron jaune ou vert (au goût). Et déguster à la petite cuillère... sans trop regarder ;) Accompagner chaque cuillerée de feuilles aromatiques. À la fin, s'il reste du jus, il faut aspirer (ça serait dommage sinon).

Le jaune est plus fondant donc plutôt apprécié. Il y a la partie blanche très caoutchouteuse, que beaucoup ne consomme pas. Et le reste, tout se mange, tout est bon. Ça a le goût d'un bouillon de volaille, heureusement ;)

Mais je trouve que cette fournée d'œufs est un peu trop formée (un ou deux jours en trop). Je sentais ma cuillère qui heurtait le bec, alors que ce dernier devrait être tendre. Bon j'évite de vous raconter d'autres détails, je sens que ce billet va faire évanouir plus d'un ou d'une !

2011-07-F

Mon père déguste de cette façon, sans la coquille.

J'admire Dascritch, qui en a mangé 3. À cette allure, il deviendra un bon cambodgien comme mon petit frère, qui bat à lui tout seul son propre record, d'une dizaine ce soir-là. 

Bon, je n'ai pas le courage d'en manger un entièrement et j'avoue ce que j'apprécie dans cet en-cas, c'est le jaune et d'aspirer le jus citronné à la fin.

Euh, vous êtes toujours là ??

           

Autres témoignages ? Chez David et chez Made in Asie.

dimanche, juin 26 2011

Douceur et légèreté, chez Cécile et Sébastien

Parce qu'il n'y a pas que Paris dans la vie... Il y a des amis qui me supportent et en plus, qui m'invitent chez eux, oui ! Oui !

Seb et Cécile, au départ, ce sont des amis d'amis. Cette petite tribu de pote se sont rencontrés lors des études et ont gardé le contact. Rarissime de nos jours, n'est-ce pas ? Je les ai croisés plusieurs fois lors de soirées d'anniversaires sans trop les connaître. 

Puis, nos chemins se sont recroisés : ils cherchaient un chaton, je leur ai refourgués une petite chatte. C'était il y a plus de 3 ans. Depuis, nous sommes devenus plus que des connaissances. Comme quoi, ne jamais sous-estimer le pouvoir du chaton, ça améliore de manière drastique la vie sociale. 

Un dimanche, ils m'ont invitée pour prendre le goûter autour d'un café et d'un baba au rhum. 

Seb&Cécile-A

Je suis toujours aussi émue de (re)voir Belka. On peut dire qu'elle a bien poussé ;)

Seb&Cécile-B

Une tasse d'Hawaï Kawaï ??

Seb&Cécile-C

Bocal de baba au rhum chocolaté, une douceur qui cache bien son jeu (d'alcool). 

Seb&Cécile-D

Voici le plateau pour le goûter... Et puis, je me suis sentie tellement bien chez eux que je me suis invitée pour le dîner ;) Tant qu'on y est !

Seb&Cécile-E

Une version délicieuse de la salade Caprese, avec de la mozzarella marinée à l'ail et au basilic. 

Seb&Cécile-F

Un iceberg dans le rosé.

Seb&Cécile-G

Filet de canard séché par mes soins. Je préfère nettement mieux le magret que le filet. Il fallait essayer.

Seb&Cécile-H

Une des spécialités de Cécile : les crevettes marinées à la menthe et à la coriandre. À s'en lécher les doigts (et à refaire au plus vite).

Seb&Cécile-I

À défaut de pain, j'ai préparé un Soda bread (pain irlandais dont la recette rappelle familièrement celle des scones anglais) , à l'aspect raté et peu appétissant, mais finalement, aucune miette n'a résisté. 

Seb&Cécile-J

Comme on a été bien sage et qu'on a tout mangé... On a cédé à la tentation...

Seb&Cécile-K

Hum, faut-il vraiment un commentaire ? ;)

            

>> Jeremy Larson  ::  Exposition

- page 1 de 2