Carnet d'une gourmande chronique...

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Foodtruck

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi, août 21 2014

La Saga Street-food de l'été #3 } Plaisir et Equilibre, chez l'Epicurieux

Epicurieux-A2.JPG

Après la tendance du foodtruck, celui du "Fast-Good" : manger rapide et bien. L'Epicurieux véhicule principalement ces 2 tendances. Rencontre et découverte. Trinquons nos bagels, Santé !

     

C'est via les réseaux sociaux que j'ai connu l'Epicurieux en début d'année 2014. Un beau matin, ils annoncent qu'ils seront sur le parking du nouvel UFR Langues de la Fac du Mirail/Jean Jaurès. J'ai donc logiquement sauté le pas pour aller les y rencontrer.

L'Epicurieux n'est pas un énième Burger-truck qui encerclent Toulouse. En effet, ils offrent une cuisine qui manque à Toulouse : des encas rapides maison, équilibrés et tout simplement délicieux (selon moi) lors de la pause-déjeuner. 

Au volant du camion-cantine, on retrouve Théo et Hugo. Deux jeunes charismatiques et sportifs qui se sont rencontrés sur les bancs de l'ISEG. D'ailleurs, c'est vers la fin de leurs études que l'Epicurieux a germé. A l'époque où les offres de restaurations rapide étaient souvent associées avec plaisir mais également déséquilibre (gras, pauvre en légumes, qualité au rabais...). 

Du temps et de l'expérience en restauration ont été nécessaire pour que leur projet prenne forme. Leur projet a été primé et même soutenu... C'est enfin cet été que l'Epicurieux démarre leur activité. On peut les retrouver à la Fac du Mirail, lors d'événements privés ou encore à des festivals (Xtreme Fest d'Albi). 

    

Epicurieux-B1.JPGEpicurieux-B2.JPG
Bagel Vagabond (coppa et légumes grillés)

Les recettes s'inspirent des saisons et des produits des partenaires locaux (notamment avec le boulanger de St-Orens pour le pain bagel). Ensuite elles sont validées par une diététicienne. Par exemple, ils privilégient le pain complet (plus nutritif et digeste) que le pain blanc, préfèrent cuisiner des céréales à la traditionnelle feuille de salade (pour mieux caler les petits creux pouvant surgir dans l'après-midi)... Concernant les boissons, les sodas industriels sont évidemment absents mais aussi de manière plus surprenante, les limonades artisanales, jugés trop sucrées (oui je confirme !). Par contre, il y a les fameux Arizona Tea, ou encore du jus de Baobab Matahi. Une curiosité à découvrir !

Sur l'ardoise du camion, chaque jour dévoile une carte courte : au moins 3 sandwichs gourmands (le Curieux : poulet gersois grillé et purée de carotte, le Filou : truite des Pyrénées marinée et purée d'avocat, l'Authentique : Roquefort et noix du Lot...), 1 salade plantureuse (Fêtarde, Coquinoa...), des frites de légumes crus avec sa trempette, une soupe vitaminée ( la Rebelle : tomate, poivron et piment de Cayenne ou la Pimpante : courgette, chèvre et basilic...) et des desserts fait-camion.

    

Epicurieux-C1.JPGEpicurieux-C2.JPG
Salade Fêtarde (à la Feta, olives noires et boulghour)

Ce midi-là, j'ai goûté leur Bagel Vagabond à la coppa du sud-ouest et légumes (déjà) grillés. Il est préparé à la minute. Le pain complet est original et moelleux, mais "grillé" ça aurait été meilleur. Le Caviar d'aubergine aurait été plus gourmand que des morceaux grillés et le poivron rouge cru apporterait de la fraîcheur sucrée de son croquant. Dans l'ensemble, c'est un bon sandwich savoureux et bien gourmand. La coppa est top.  

              

Retrouvez donc ces Epicurieux à la Fac du Mirail/Jean-Jaurès (Parking du nouvel UFR Civilisations et Langues étrangères) jusqu'à fin Août. Pour connaître les futurs emplacements, ils sont présents via les réseaux sociaux. 

             

               

L'Epicurieux Foodtruck

FaceBook // Twitter  // Instagram

                            

_______

Les Sagas Street-Food précédentes...

#1 } Les sandwichs nomades de Monsieur Cyclofood 
#4 } à suivre prochainement... Un indice ? Burger ;)

jeudi, octobre 24 2013

Foodtruck } « Bouche B : Du bon, du burger et beaucoup de ... patience »

BoucheB-A1.jpg
Bouche B chez Bakélite

Bouche b, c'est le dernier foodtruck burgermaniac dont tout le monde parle sur Toulouse. Le camion à allure classe se rend à l'heure du déjeuner, dans les zones d'activité où il existe quasiment peu de resto/cantine d’entreprise, et pourtant ça fourmille de bouche à nourrir. Exceptionnellement, ce jour-là, Bouche B nous a donné rendez-vous, au centre-ville, chez Bakélite. 

                 

Du Rêve...

Derrière le volant, c'est Geoffroy Moulas, le jeune homme charismatique, qui a des études de finance. Un matin chez ses parents, c'est en préparant des burgers lors d’un brunch, qui a eu le déclic de se lancer dans le burger « chic et gourmet ». Et ça sera dans un camion cantine ou dit aussi "camion ambulant" que l'idée fait son chemin. Moins de risques d'y laisser ses plumes via cette forme que d'investir dans un établissement-fixe (et puis dans le centre, la concurrence se taille la part du lion : Burger’n’Co, Burger à la Une, l’Atelier du Burger…). Bouche B compte, à l'avenir, parcourir Toulouse avec 3 camions.

           

BoucheB-A2.jpg
La foule devant Bouche B

En cuisine, c’est à l’aide de Patrick Dupont « le chef », ensemble, qu’ils mettent au point une dizaine de recettes gourmets aux noms très inspirés aux garnitures très inspirants tout en revendiquant la qualité et le "fait maison". Les burgers sont proposés à des tarifs corrects. Pour une formule : un burger + des frites et une boisson, il faut compter moins de 10 euros. 

La carte Bouche B se décline aux accents terroirs : au foie gras mi-cuit pour le « Bouche à Oreille », poulet rôti & piperade pour le « Bouche basque », bacon/Rocamadour & miel pour le « Bouche Rustique »... Et même une version aux légumes grillés pour "les fines bouches". Pour accompagner la dégustation des burgers, il y a les inséparables "frites maison" aux herbes de Provence ou pour changer, des légumes : carottes en papillote ou haricots verts. 

Concernant les boissons : Coca, Fanta et compagnie... Rien de transcendant. Dommage qu'il n'y ait pas de boissons locales. 

          

BoucheOreille.jpg
Photo du burger "Bouche à Oreille" tirée du site

A la Réalité

Les photos des burgers sur leur site, avouons-le, ont produit leurs effets : on est « Bouche Bée ». Le pain de chaque sandwich a l'air d'être personnalisé pour chaque recette (par exemple, la photo du Bouche d'Automne), la garniture déborde de fierté. On était loin de deviner qu'il y a eu du stylisme culinaire tellement la promesse nous éblouit... En réalité le pain est commun à tous - du boulanger, certes, un bon point. La garniture est plutôt pudique, seule la feuille de chêne dépasse. On est un peu déçu, on fait la moue.

Autre réalité : L’attente ou plutôt l’organisation. La commande est notée sur un post-it qui adhère plus ou moins sur la barre des commandes. Y sont notés, seulement, le burger au choix + frites + boisson et c’est tout. Pas de numéro de commande ? Ni horaire ? Ni prénom ? C’est en voyant mes camarades commandés après moi puis repartir avant moi, que je me suis aperçue que des post-it ont atterri sur le plan de travail, dont le mien. Et au lieu de prendre sa place initiale (puisqu’aucun horaire est notifié), mon post-il se retrouva recalé en dernier. C’est repartir pour un tour pour moi, retenue par le comptoir (fatigue, au bord de l’hypoglycémie). Je veux bien patienter le temps qu’il faut, mais attendre du temps supplémentaire à cause d’un post-it volage, c'était insupportable que j’ai failli repartir pour aller manger ailleurs. 

 

BoucheB-B1.jpgBoucheB-C1.JPG
La carte Bouche B & le Burger "Bouche à Oreille" version réalité

En bouche, ça donne quoi ??  Après ouverture de la boîte, on est appâté par le parfum des oignons cuits. En main, le burger est juteux et dégouline le long des doigts. C’est bon, c’est gourmet. On sent bien les ingrédients : de la salade qui a gardé sa fraîcheur, le goût sucré des tomates marinées qui fait oublier largement le ketchup, les oignons au bon goût de vin blanc, la cuisson rosée du haché de bœuf, la sauce aux cèpes qui joue le rôle de signature, le pain à la mie savoureuse et le foie gras un peu mince. Un burger est un sandwich, qui se mange donc avec les doigts, mais là on s’en met partout même étant doué. Il se savoure bien calé dans sa chaise et posé devant une table avec des couverts... 

Finalement, et si ça n'aurait pas mieux au restaurant ??  

    

           

Bouche B

A midi. Lundi : Thales. Mardi : Sopra - Colomiers. Mercredi : Parc Technologique du Canal, Ramonville. Jeudi : Alten, St Martin-du-Touch. Vendredi : Microtec, Labège

Le soir. Samedi : Parking Euromaster, à emporter et livraison seulement au centre.