GrandPizzeria-1

Avec vos amis, vous sortez du cinéma, après la première séance. Et soudain, votre ventre se creuse et vous domine. Il vous fait signe : le clap de faim. Donc vos amis vous demandent « Où on va ?? »... La question ne se pose même pas, on ne discute pas et on se dirige vers la Grand'Pizzéria. Un bistrot à pizza situé au 4 rue Castellane. Une institution indélogeable depuis plus de 40 ans !

Mais pourquoi là-bas ? On y va parce que c'est l'une des rares pizzéria utilisant un four à bois à Toulouse, et au goût, ça change tout. On y va parce qu'on a besoin pas de réserver. À l'heure de pointe, il ne faut pas s'étonner de voir la file d'attente déborder jusque dans la rue. Et puis c'est bon signe que l'adresse est convoitée. On y va parce que tout le monde peut trouver son bonheur, même les végétaRiens. On y va parce que c'est l'adresse où le porte-monnaie garde son sourire. Le service, quant à lui, est speed et efficace, mais surtout on nous presse pas.

On se dérobe via la devanture quasi-secrète et rustique, mais l'intérieur est plus grand que l'extérieur, et il se cache deux grandes salles parsemées de petites tables serrées-collées. La déco n'a pas bougé depuis les années 70. avec le linge qui pendouille, les lambris vernis, les tuiles, les bouteilles de chianti, les photos touristiques, les buffets Henri II et son four à bois captivant. On se croirait chez la mama italienne mais peu importe, la déco ne se mange pas. On est transporté dans un monde alternatif, ça fait sourire et c'est déjà ça.

           

GrandPizzeria-2GrandPizzeria-3

Sur la carte, on y trouve des salades généreuses (dont la sauce vinaigrette est crémeuse), des plats de pâtes copieux (lasagnes, spaghetti...) dont le Bocconcino est impressionnant. Lorsque je l'avais commandé, je m'attendais à quelque chose de ridiculement petit à cause de son nom signifiant « petite bouchée ». Et je me suis retrouvée face à une énorme assiette de pâtes avec, au beau milieu, une boule en éruption. Il s'agissait en fait d'une boule de mozzarella (qui se prenait pour un volcan) enveloppée de jambon cru, puis d'une escalope de veau, l'ensemble est cuit au feu de bois. Il faut manger vite, avant que la mozzarella refroidisse et se fige, sinon ça devient moins amusant.

Côté pizza, la carte est large, et y'en a pour tous les goûts. Prenez votre temps car il est difficile de choisir. Grâce à la cuisson au feu de bois, les pizze sont préparées rapidement (contrairement à un four conventionnel), donnant une texture aérée et croquante à la pâte, tout en révélant une saveur appétissante, donc prenez le temps ;) Mon doux hommivore, curieusement, ne se jette que sur des pizze végétariennes comme La Mama (aubergine, endive etc...) ou l'Etna (légumes et œufs).

Souvent, je m'arrête sur La Provençale (chèvre, miel et oignon) ou la Carciafo (à base d'artichaut). Dernièrement, pour changer, j'ai pris L'Angela (gésiers et champignon, crème et persillade). L'ensemble est sans doute gras mais tellement réconfortant. Il faisait si froid dehors que je devais faire des réserves caloriques ! Point Bonus pour la persillade qui réveille bien le plat par sa saveur et sa couleur. La pâte à pizza est un délice qu'on mangerait toute la croûte (ou de chiper celle du voisin). Je sais qu'il y a de grands amateurs de leur pâte à pain parmi mes lecteurs ;)

       

Attention à la taille des pizze. L'adresse propose 2 tailles. La « petite » est moyenne. La « grande » est géante. Vous voilà prévenus. Si vous n'arrivez pas à tout finir, vous pouvez demander à emporter.

           

GrandPizzeria-4GrandPizzeria-5

Après avoir essayé de relever ce défi de finir chacun sa pizza, on se promet de ne pas prendre de dessert... Mais quand même il est tentant de terminer par un point d'orgue sucré... La carte des desserts est moins longue, on se décide plus rapidement. Je remarque quelques desserts qui sont passés à la trappe comme le café-liégeois, dommage !

Bien sûr, on y trouve le traditionnel tiramisù ou l'indémodable mousse au chocolat, mais ça sera comme d'hab (difficile de s'en défaire surtout quand on est accro) : Coupe Plombière* (glace rhum-raisin et pruneaux à l'armagnac) pour ma part, et Coupe Colonel* (sorbert citron vert arrosé de vodka) pour monsieur. Des coupes glacées alcooliques assez copieuses, qui glissent toutes seules, et à prix raisonnable. La note, elle aussi, passe toute seule. La soirée se finit bien.  

                  

               

La Grand'Pizzeria, dit aussi "La Grand'Mama"

4 rue Castellane, Toulouse.

Ouvert seulement tous les soirs, même le dimanche.

____

* Alcool à consommer avec modération, faut-il le rappeler