Carnet d'une gourmande chronique...

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Restaurant

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi, août 9 2014

Viaaanndde !! } Un secret "Grillée" à point

LaGrillee-A.jpg

L'entrecôte nappée de sa sauce inimitable "recette secrète" accompagnée de ses frites à volonté. Vous pensez immédiatement et précisément à cette enseigne Noir et Jaune sur les boulevards... Mais non. Où alors ? Si vous êtes sages, je vais vous dévoiler un secret...

                

Faire la queue en plein cagnard ou sous la pluie pour manger un plat de viande ? C'est mal me connaître ;) Dernièrement, pour répondre à mes envies carnassières, mon amoureux a réservé une table à la Grillée, près de St-Etienne. Une adresse qu'il connait depuis des années. A l'arrivée, alors que la carte est quasi-similaire à l'Institution, la foule impressionnante est absente (évidemment, puisqu'on réserve). J'ai cru que j'étais dans la 4ème Dimension.

La Grillée n'a que des avantages. On ne fait pas la queue mais la réservation est indispensable. Le service est rapide et courtois. Après le café, on nous pousse pas vers la sortie. Leur carte ne se résume pas à un plat monomaniaque mais propose d'autres choix : Menu Entrée et Plat avec frites à volonté de 17e à 20e. D'ailleurs la plupart des clients savent déjà d'avance ce qu'ils vont prendre. Gigot d'Agneau grillé ? Rognon de Veau ? Contre-Filet ? Magret ? On vient avant tout pour l'entrecôte et sa sauce du Chef. 

Mais comment est-ce possible ? D'après la légende, on chuchote que La Grillée a été ouverte par un ancien cuisinier de la fameuse enseigne. Et depuis 1972, le secret a été bien gardé par les clients fidèles qui transmettent ce bon plan de bouche à oreille. 

La terrasse avec vue sur la Cathédrale St-Etienne est idyllique mais préférez plutôt l'intérieur car la circulation de la rue de Metz ne vous permettra pas d'entendre plus d'un mot sur deux. La salle est confortable avec une ambiance feutrée et ponctuée de quelques photos d’antan. 

            

LaGrillee-BB.jpg
L'entrecôte (plutôt un faux-filet ?), sa sauce inimitable et Pomme paille

A peine nos commandes prises que l'entrée apparaît immédiatement sur notre table. La petite salade de laitue aux noix est bien copieuse, relevée d'une sauce vinaigrette à la moutarde comme on n'en fait plus. Une petite entrée qui fait patienter ce que beaucoup considère le Graal... 

Arrive l'assiette Entrecôte et la sauce du chef. Une valeur sûre, fidèle à elle-même, quasiment un plat rassurant. La pièce de bœuf de qualité est mince (env 1cm) et présentée prédécoupée. Sa sauce qui l'accompagne est vraiment 'la sauce'. Celle qui vous fera revenir. Perso, je la trouve bonne mais je ferai plus la queue pour ça. Je préfère une bonne Béarnaise ou encore la sauce Anchois-ail du Bikini. 

            

LaGrillee-C.jpg
Magret et Pomme Paille

Mon assiette était servie simplement sans sauce, nature. Le magret entier saignant et ses frites. Ma pièce était plutôt un filet qu'un magret, car à cette période estivale, le canard produit moins de gras. En dépit de quelques nerfs que mon couteau à steak a rencontré, la chair reste tendre et savoureuse. Les frites maison sont bonnes, et d'après des amis, même meilleurs que chez l'autre. Et ça tombe bien, elles sont à volonté !

Pour les desserts (6e à la carte), des propositions aussi longue que le bras pour satisfaire tous les goûts : café gourmand, tartes fruitées, mousse au chocolat, salade de fruits mais surtout des coupes glacées... Et les fameuses profiteroles sont plus qu'un dessert, c'est tout un plat. 

           

LaGrillee-D.jpg
Pro-fi-te-roles ;)

Bon promis, ça reste entre nous ? ;)

              

           

La Grillée

62 rue de Metz, quartier St-Etienne, Toulouse. Tel : 05 61 52 08 40

Ouvert du Lundi au Samedi, Midi et Soir.

jeudi, juillet 31 2014

La Saga Street-food de l'été #2 } Copains comme canard, chez Duck Me

DuckMe-A1.JPG

On continue la Saga de l'été avec une toute jeune adresse « Duck Me » ouvert depuis fin juin au 10 rue de la Pomme, le premier fast-food terroir autour du canard. Duck me, I'm delicious ! Un des succès de l'année ? 

              

Duck Me, le jeu de mot est facile mais fièrement assumé. C'est d'abord une histoire de famille. Lorsque Arthur (un jeune homme à moustache) travaillait chez KFC en 2011 : Pourquoi ne pas proposer un Fast-food maison & terroir autour du canard en démocratisant les produits locaux de qualité ?  L'année suivante, le Magret de Canard a détrôné le Couscous et la Blanquette de Veau en devenant le plat préféré des français, un signe qui marque un tournant dans notre société de consommation et c'est le coup de pieds à l'étrier qui le persuade de se lancer dans l'aventure. 

Contrairement aux Fast-Foods conventionnels où l'origine et la qualité des produits sont au rabais et dopés aux conservateurs (même surgelé). La transparence est clairement annoncée chez Duck Me. Les produits frais et de la région sont privilégiés. Le produit Star, les Canards "de race mulard" (élevé principalement pour son foie gras et ses magrets) ont grandi à la Ferme du Loup (près de Carbonne, au sud de Toulouse) et sont livrés entier au Labo-Traiteur (à Carbonne). Et comme tout est bon dans le canard, chaque partie est valorisée afin de les proposer dans tout ses éclats : magret pour les burgers et les brochettes, la peau pour les gratons (hot-dog), les aiguillettes pour la salade, la carcasse pour la sauce... 

            

DuckMe-A2.JPGDuckMe-A3.JPG
La Carte / Le Comptoir

Les recettes inédites sont conçues par Cécile (la sœur d'Artur). Les produits sont élaborés dans le Labo Traiteur de François (le père) à Carbonne et livrés tous les jours au restaurant. Les différents pains sont travaillés en collaboration avec la Boulangerie Boubennes (toujours à Carbonne). Les fromages viennent d'affineurs de la région. Le Pastis Gascon est étiré et froissé avec amour à Gimont (dans le Gers). La suite de l'aventure est soutenue par les amis (tous liés à la restauration) pour le côté marketing, l'ambiance bon enfant et les travaux du restaurant.    

                     

Le petit restaurant se trouve en plein cœur de Toulouse, au 10 rue de la Pomme, qui est connu pour ses boutiques de fringues (D'ailleurs le local était une ancienne boutique de Jean's) et pour ses fameuses boulangeries. Rassurez-vous, le restaurant n'est pas entièrement jaune caneton avec des chaises en plume mais plutôt contemporain et aussi long qu'un trognon de pomme (ahahhh). Le bois et le béton neufs cohabitent naturellement avec les traditionnels briques toulousaines. Les bocaux "Le Parfait" sont détournés en luminaire et produisent leur petit effet. Des tables contre le mur d'un côté, une épicerie fine de l'autre( en passant, on emporterait bien un plateau de fromage ou un foie gras entier pour un apéro improvisé un soir). Pour commander, il faut se diriger tout au fond près du comptoir où Sheena (une amie) nous attend.  

        

DuckMe-B4.JPGDuckMe-B3.JPG
Le Ducker / Le Double-Duck

On a le choix entre 6 types de sandwich (menu de 7,50€ > 10,50€) et 6 desserts (3,50€ et 4€ hors menu), des sodas conventionnels ou des boissons locaux (comme la fameuse limonade à la Myrtille de la Brasserie d'Olt, de la bière en pression et même du vin au verre !) ça fait beaucoup de possibilités. Sur le plateau, ça donne quoi ? Voici un aperçu !

Ouvrir un fast-food sans burger est inenvisageable. De nos jours, ce plat est devenu le roi des sandwichs et même un repère ! Je sais qu'il y a des toulousains qui s'amusent à faire leur son propre classement des meilleurs burgers ! Chez Duck Me, leur burger est le Ducker. Le steak de canard (cuisson rosée) parait timide dans son pain si moelleux, il est en bonne compagnie de salade croquante, tomate et fromage. On y revient pour sa délicieuse sauce maison ! Mais qu'il y a-t-il dedans ? 

Le Double-Duck, un club-sandwich au magret grillé, brouillade au confit de canard, mayo et salade. Que je n'ai pas pu goûter à temps, mon amoureux a été trop rapide... Pensez à me faire un retour si vous le choisissez ? ;)

        

DuckMe-B2.JPGDuckMe-B5.JPG
Le Faladuck / Le Hot-Duck

Le Faladuck, l'inattendu sandwich pour les fans de kebab. Des boulettes de canard panées et une salade carotte et duo de choux, conjugué d'une crème d'haricot blanc très douce. Tout se beau monde est maintenu par un pita assez costaud (pour les faims solides). Selon moi, malgré le cumin dans les boulettes, ça manque d'épices (pour le goût que pour mettre la langue en feu). Dans l'ensemble, c'est un bon sandwich.  

Le Hot-Duck, vous avez deviné, c'est le hot-dog version canard (recommandé pour les petites faims). Un petit pain brioché ouvert comme un livre, des oignons cuisinés juteux où s'emmitoufle une fine saucisse de canard style viennoise (recette maison), relevé d'une moutarde forte ("douce" ça aurait été mieux) et des gratons croquants. La texture de la saucisse est vraiment bluffante, en revanche, elle est peu marqué en goût. 

Pour accompagner, les frites cuites à la graisse de canard (ou les duckettes pour les intimes) paraissent comme une évidence qui se picorent biens chaudes. Froides, elle deviendront molles. Et curieusement, les doigts ne seront pas gras après.  

          

DuckMe-C1.JPGDuckMe-C2.JPG
Le Pastis Gascon / Ice cream bowl

Parmi les douceurs, pas de canard en sucre mais des pâtisseries classiques, telles que le cheescake, le moelleux au chocolat ou encore le muffin aux fruits rouges... Et l'incontournable "Pastis Gascon aux pommes caramélisées". On m'a tellement parlée de la forme "carré" quasi révolutionnaire de cette pâtisserie pour que cela soit plus pratique à manger (dans la rue). Sauf qu'il est "rectangulaire", il se croque soit à la cuillère soit comme un éclair ou un Yes (les trentenaires nostalgiques comprendront). Servi tiède et aspergé de sirop à l'Armagnac (à la demande). En effet, c'est une belle idée de faire redécouvrir cette douceur ancestrale si méconnue.

        

              

Duck me vient d'ouvrir, c'est certain, tout n'est pas parfait mais ils demandent qu'à s'améliorer. N'hésitez à leur faire part de vos remarques de vive voix* ou via les réseaux sociaux, la jeune équipe est très ouverte. Souhaitons-leur un parcours sans petit creux ! 

(Et on me souffle à l'oreillette d'une deuxième adresse prochainement, les nouvelles vont vite...)

           

* Quant à moi, je leur suggère et je milite pour le retour de la Salade de Gésier aux noix ! Avez-vous remarqué qu'elle a été supplantée par la Salade César ? Qui me suit ? :)

        

             

Duck Me

10 rue de la Pomme, quartier St-Georges.

Ouvert tous les jours de 11h à 23h/Minuit le samedi. Sur place et à emporter.

           

_______

Les Sagas Street-Food précédentes...

#1 } Les sandwichs nomades de Monsieur Cyclofood 

mardi, mai 27 2014

Resto-Bar } Un brunch comme à New-York (?) en plein coeur de Toulouse

DownTownTlse-A.JPG

           

C'est dans une rue médiévale et cachée que Le Downtown Toulouse a ouvert depuis le lendemain de St-Valentin 2014. L'un des derniers lieux qui fait bouger les foules : les clubbers, les hipters, les fashionistas et même les foodistas. Le lieu est atypique et unique : il fait 250 m2 (sans compter la terrasse), les fameuses briques toulousaines côtoient les canapés vintages avec des meubles industriels. D'après l'un des 3 associés « On souhaitait ouvrir un lieu comme on en trouve à Berlin, Londres ou New-York !». Il se veut polyvalent : la street-food s'invite à table le midi, fait coffee-shop l'après-midi, le soir on s'autorise les cocktails (la liste donne envie de tout goûter) et le grignotage de qualité.

Je vous suggère de lire attentivement la carte car elle vous donnera le sourire : chaque plat se revendique d'être la vraie recette "le vrai Chili Con Carne"," l'authentique Fish'n'Chips", "l'unique Caesar Salad", "le véritable Bagel" etc... D'un côté, ça peut rassurer. De l'autre côté, on se demande s'il y a une place pour l'innovation, des plats nouveaux... Outre quelque plat comme le South West Double Duck Burger (obligé à Toulouse), la jeune chef tient aussi à faire paraître sur la carte un burger végétarien avec steak de pois chiche, légumes, cheddar et "la véritable burger sauce maison"... Mais c'est leur brunch dominical (16e) qui a fait déplacé ma petite foule d'amis épicuriens.

        

DownTownTlse-B3.JPGDownTownTlse-B2.JPG
Boisson chaude à volonté et tartines

Les boissons chaudes (café filtre/thé au choix) sont servies all you can drink. Ce qui est une bonne surprise, pour ceux qui ont besoin d'être perfusé dès le matin avec en plus, un verre de jus de fruit (pomme, orange ou ananas) pour garder la forme.

On attaque ensuite par le sucré. Les Pancakes maison, d'une circonférence hautement respectables et de texture fluffy, sont inattendus et bienvenus car à côté le pain doré (du pain de mie toasté plutôt ?) qui fait cheap.

       

DownTownTlse-C1.JPGDownTownTlse-C2.JPG
Bagel ou Oeufs Benedict

Arrive le plat salé, où il faut choisir entre l'Omelette, le Bagel au saumon mariné ou l'Oeuf Benedict. Leur Bagel, c'est la deuxième fois que je le goûte et même constat, il aurait été meilleur si le pain était grillé ! D'après mon amoureux, griller le pain n'est pas traditionnel mais d'après moi, tradi ou pas, c'est pas grave. Griller le pain est bien meilleur : ça apporte un parfum grillé qui aiguise l'appétit et donne du moelleux :) Bon et vous, le Bagel, comment le préférez-vous « grillé ou pas grillé ?? »

Je vous avouerais que j'en attendais beaucoup, des Oeufs Benedict : Les oeufs pochés bien coulant, le bacon bien caramélisé (à choisir avec le saumon), les tranches de muffins (le pain anglais, pas le petit gâteau US) bien moelleux et généreusement nappé de Hollandais Sauce maison finement citronné. Servit chaud avec un timing parfait. Ce plat fut un énorme coup de cœur !

Cependant pour compléter l'assiette salée, il manque un peu de légumes comme une petite salade verte, une soupe de saison ou... quelques pommes de terre.

          

DownTownTlse-D3.JPGDownTownTlse-D1.JPG
Banoffee, Apple pie ou Cheesecake ??

S'il vous reste de la place, une demi-part de dessert pour finir ? Petite déception avec l'Apple Pie, délicieux mais des morceaux de pomme fondante et caramélisés entre 2 couches de pâtes feuilletés, ressemble trop familièrement à la croustade. Est-ce que Geoffrey Chauser approuverait-il cette version ? Quant au Banoffie pie, servi couché, demande un effort acrobatique de la cuillère pour arriver à la déguster mais l'effort paye car c'est l'un des meilleurs Banoffie de la ville. Oui oui, à vous de goûter !

            

Mention spéciale pour le service, personnel attentionné et attentif qui nous a fait passé un bon moment du début jusqu'à la fin. De quoi bien continuer de bon humeur son dimanche.

           

             

DownTown Toulouse

8 rue Tripière, plein centre de Toulouse. Tel : 05 61 22 16 16

Ouvert tous les jours, de midi à 2h du mat'. Brunch seulement le dimanche. Résa conseillée.

mardi, avril 8 2014

Sélection } Les restaurants coréens à Toulouse

Répétez après moi : Bibimbap, Bulgogi, Kimchi, Japchae… Parce que c’est certain, vous allez être accro à la cuisine coréenne, mais vous ne le savez pas encore !

              

On pourrait s’imaginer que la cuisine coréenne ressemble à celle de ses voisines, chinoise et japonaise. Et pourtant, elle possède une vraie identité. Elle est très variée (légumes, nouilles de toutes sortes, viande…), conviviale et ludique, mais sucrée et relevée à la fois. Il serait dommage de passer à côté de la cuisine coréenne d’autant plus que nous avons la chance à Toulouse d’être gâté. Car depuis 2-3 ans, il s’est ouvert pas moins de 6 adresses dans la région. Gare à vos papilles !!!

          

JinJi-ELePtitLouis-D4.JPG

Le JinJi, le plus gastronomique 

Dans un cadre moderne et confortable près du centre-ville de Blagnac. Le JinJi est tenu par un couple franco-coréen. Longtemps, la patronne était en cuisine mais depuis peu, elle accueille aussi les clients. Sur la carte, un beau mariage entre la cuisine coréenne avec des produits du Sud-Ouest : porc noir de Bigorre, bœuf aveyronnais, canard gersois… A midi, elle propose un menu du jour avec 2 plats coréens authentiques. Le soir, place au fameux barbecue. Autre petit trésor (ou curiosité gustative), la maison propose un « kimchi » affiné d’un an. 

>> Jinji – Table Coréenne, 23 rue des Mines, Blagnac. 05 61 15 71 00

              

Le Petit Louis, la petite cantine 

Avant tout, c'est une -bonne- sandwicherie où les propriétaires d’origine coréenne ont eu l’audace de proposer quelques plats coréens pour faire découvrir. Les plats sont préparés à la demande et peut être déguster sur place (s’il en reste une de libre) ou vous pouvez l’emporter (pour le bureau ou à la Prairie des Filtres). Leur « jeyuk » (poelée de porc mariné au piment) qui arrache (vivement recommandé aux téméraires), un « bibimbap » coloré et très doux, des triangles « kimbap » dont l’algue nori croque encore. 

>> Le P’tit Louis, 32 rue de la République, quartier St-Cyprien, Toulouse. 09 54 89 74 35

                     

Seoul-DessertA.JPGKimbap-3

Le Séoul, le plus traditionnel 

Sur la rue Pargaminière, proche de la place St-Pierre, se trouve le Séoul. La cuisine ouverte donne sur une petite salle à la décoration épurée. La maison propose les fameux barbecue (au boeuf, porc, poulet et canard), ainsi que les Mandous (ravioli), le DolsoBiBimbap… Mais leur spécialité est le chabu-chabu. Une fondue au bouillon où l’on plonge soi-même de fines tranches de bœuf et des légumes variés. 

>> Séoul, 42 rue Pargarminière, quartier St-Pierre, Toulouse. 05 61 23 67 92

            

Le Boli Café, le plus insolite 

C’était un cyber-café reconvertit peu à peu en cantine et salon de thé coréen. Au début, des kimbaps sont proposés. Petit à petit, d’autres spécialités viennent compléter la carte : le BiBimbap, le Japchae (nouilles de patate douce sautées), les Lamyons (ramen coréenne)… tout ça à petit prix. Leur reconversion est un succès. Il faut réserver pour avoir sa table à midi. L’adresse est plutôt fréquentée par une clientèle jeune et il faut savoir apprécier la K-pop ;) 

>> Boli Café (ex-Cyber King, puis ex-Kimbap Queen), rue Gambetta, quartier Capitole, Toulouse. 09 50 30 81 41

            

LeeIn-B3.JPGGinDalLe-A.jpg

Le Lee In, le plus paisible 

Ouvert il y a 2 ans et demi, caché au fin fond du quartier Lardennes, le Lee In fait salle comble à midi. Le soir, l’adresse est fréquentée par les gens du quartier et l’ambiance y est plutôt calme qu’on a l’impression d’avoir la salle rien que pour nous. Du choix dans les entrée et les plats, mais optez pour le menu traditionnel à 8-9 plats adaptés aux palais douillets des occidentaux (si vous souhaitez «épicé», surtout n’hésitez pas à leur demander) . Même si les plats de l’entrée se bousculent, prenez le temps de les apprécier. Parce qu’ensuite, arrivent le porc et le boeuf sauté, la soupe Doenjang (une cousine de la soupe miso), le bol de riz et les petits assortiments/accompagnement de légumes du moment (les banchans et les namuls), on comprend alors pourquoi les tables sont de grande dimension. Attention, mardi c’est sushi & sashimi au programme. 

>> Lee In, 4 bis allée du Dr Zamenhof, quartier Lardennes, Toulouse. 05 61 78 85 08 

            

Le Gin Dal Le, le coréen japonisé 

Le lieu grouille d’Airbusien. Dans l’assiette, on est vite dépaysé par les entrées, quelque soit la petite soupe (doenjang aux légumes et émincés de boeuf) ou la salade maison (une petite part de crudité où sont posés des beignets de légumes, crevette et ravioli) souligné d’une petite sauce rafraîchissante à la mangue. Cependant, les sashimis sont décevants, la façon de couper demande beaucoup de mâche en bouche (bref, ça manque de fondant). Je vous recommande plutôt les plats cuisinés (chiken kastu, bulgoki, guikori…), qui en plus d’être bien présentés ; les sauces-maison sont également bonnes. 

>> Gin Dal Le (ex-Yakiyori), 5 allée de Corrèze, 31 770 Colomiers. 05 61 15 79 21

             

----------

NB : Cet article a été publié pour la première fois en Avril 2013, chez le blog gastronomique de Carré d'Info « La Muse Bouffe ».

- page 2 de 15 -