Carnet d'une gourmande chronique...

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Moins de 20€

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi, septembre 15 2012

Toulouse // Le Vélo Sentimental

VeloSentimental
À mes super-lecteurs ;) Merci pour votre soutien.

        

Viens manger à la maison...  Toute l'été, on m'a demandée « un resto pas cher, où l'on y mange bien et surtout avec une terrasse ». Je connais qu'un seul endroit qui rassemble ces critères. Sauf qu'il n'y a pas vraiment une terrasse, mais une cour ! (De toute façon, j'évite les terrasses, souvent trop bruyantes, polluées et squattées par les cacous.)

Rendez-vous face à la Gare Matabiau, de l'autre côté du Canal du Midi, dans une toulousaine typique. Où le panneau au-dessus de la porte d'entrée témoigne de son passé de maison d'éclusier « Écluse de Bayard ». La Maison du Vélo est un local associatif où la bicyclette est reine : réparation, location et plusieurs initiatives autour du deux-roues à pédale. On y entre via la grande porte du garage comme dans un moulin. On sait bien qu'on y a rendez-vous ici. On traverse la cour bucolique. On se perd en visitant. On s'interroge. Et puis on se décide de prendre l'escalier...

             

VeloSentimental-AterVeloSentimental-Abis

À l'étage, le restaurant « Le Vélo Sentimental »  Des tables, des chaises, des buffets rustiques comme chez mamie, des œuvres en exposition... Puis on se dérobe dans un salon vintage. On a l'impression de s'inviter chez quelqu'un ou de se sentir comme chez soi (c'est mon cas). On aperçoit le bar, puis une grande salle où une table réservée nous attend. Le lieu est très courue.

                     

VeloSentimental-AVeloSentimental-Bbis

Lorsqu'il fait beau, la cour est ouverte. N'hésitez pas à vous délecter du délicieux « kir maison »... J'y ai mis des années à déterminer cette saveur... Jusqu'au soir, d'un coin de regard fouineuse, j'ai découvert le pot aux roses et ça m'a fait bien rire... Je ne doutais pas que j'en raffolerais. Indice : c'était le kir de l'été 2012, de même qu'il existe des mélanges tout-prêt dans le commerce.

                        

VeloSentimental-DVeloSentimental-C

À l'ardoise, on peut le deviner... La maison propose une cuisine maison et de marché. La carte change toutes les semaines, c'est une surprise à chaque fois que je m'y rends. Il y a eu du cochon « heureux » farci aux anchois, un filet de canette et son risotto au confit, du cochon « heureux » aux fruits secs (un peu comme un porc au caramel) et son boulghour, des tagliatelles à la basquaise, la grande assiette du marché pour les amatrices de verdure... J'ai été rarement déçue, seulement 2 fois sur toutes les fois, et ça ne m'a pas empêché de revenir.

                 
VeloSentimental-CbisVeloSentimental-Cbis

Pas de formule, l'ensemble est à la carte. L'entrée est à 5€, le plat à 9€ (midi)-11€ (soir), le dessert 5€-6€. Au finale, l'addition est douce. Les assiettes sont généreuses qu'il vous faut un bon coup de fourchette pour tout finir.

                

VeloSentimental-EVeloSentimental-Ebis
               
Et on aura deviné que même les desserts sont maison. Au choix, un cheesecake ou un banoffee (mais avec des fraises)... Ou pour ceux qui hésitent beaucoup, il y a ma formule magique préférée, le « Café Sentimental » le café gourmand de la maison. Et qui change souvent, pour mon/notre plus grand plaisir. Cette fois-là, banane au chocolat, petite crème, souplette de fraise et café, ou dernièrement, roses des sables, panna-cotta à la fleur d'oranger et une étrange souplette de fraise à la pastèque.                

             

             

Le Vélo Sentimental

12 boulevard Bonrepos, Toulouse. Métro Marengo SNCF. 05 34 42 92 51.

Ouvert au déjeuner/salon de thé du lundi au samedi, et au diner, de mercredi à vendredi.

mardi, mai 8 2012

La Grand'Pizzéria, à Toulouse

GrandPizzeria-1

Avec vos amis, vous sortez du cinéma, après la première séance. Et soudain, votre ventre se creuse et vous domine. Il vous fait signe : le clap de faim. Donc vos amis vous demandent « Où on va ?? »... La question ne se pose même pas, on ne discute pas et on se dirige vers la Grand'Pizzéria. Un bistrot à pizza situé au 4 rue Castellane. Une institution indélogeable depuis plus de 40 ans !

Mais pourquoi là-bas ? On y va parce que c'est l'une des rares pizzéria utilisant un four à bois à Toulouse, et au goût, ça change tout. On y va parce qu'on a besoin pas de réserver. À l'heure de pointe, il ne faut pas s'étonner de voir la file d'attente déborder jusque dans la rue. Et puis c'est bon signe que l'adresse est convoitée. On y va parce que tout le monde peut trouver son bonheur, même les végétaRiens. On y va parce que c'est l'adresse où le porte-monnaie garde son sourire. Le service, quant à lui, est speed et efficace, mais surtout on nous presse pas.

On se dérobe via la devanture quasi-secrète et rustique, mais l'intérieur est plus grand que l'extérieur, et il se cache deux grandes salles parsemées de petites tables serrées-collées. La déco n'a pas bougé depuis les années 70. avec le linge qui pendouille, les lambris vernis, les tuiles, les bouteilles de chianti, les photos touristiques, les buffets Henri II et son four à bois captivant. On se croirait chez la mama italienne mais peu importe, la déco ne se mange pas. On est transporté dans un monde alternatif, ça fait sourire et c'est déjà ça.

           

GrandPizzeria-2GrandPizzeria-3

Sur la carte, on y trouve des salades généreuses (dont la sauce vinaigrette est crémeuse), des plats de pâtes copieux (lasagnes, spaghetti...) dont le Bocconcino est impressionnant. Lorsque je l'avais commandé, je m'attendais à quelque chose de ridiculement petit à cause de son nom signifiant « petite bouchée ». Et je me suis retrouvée face à une énorme assiette de pâtes avec, au beau milieu, une boule en éruption. Il s'agissait en fait d'une boule de mozzarella (qui se prenait pour un volcan) enveloppée de jambon cru, puis d'une escalope de veau, l'ensemble est cuit au feu de bois. Il faut manger vite, avant que la mozzarella refroidisse et se fige, sinon ça devient moins amusant.

Côté pizza, la carte est large, et y'en a pour tous les goûts. Prenez votre temps car il est difficile de choisir. Grâce à la cuisson au feu de bois, les pizze sont préparées rapidement (contrairement à un four conventionnel), donnant une texture aérée et croquante à la pâte, tout en révélant une saveur appétissante, donc prenez le temps ;) Mon doux hommivore, curieusement, ne se jette que sur des pizze végétariennes comme La Mama (aubergine, endive etc...) ou l'Etna (légumes et œufs).

Souvent, je m'arrête sur La Provençale (chèvre, miel et oignon) ou la Carciafo (à base d'artichaut). Dernièrement, pour changer, j'ai pris L'Angela (gésiers et champignon, crème et persillade). L'ensemble est sans doute gras mais tellement réconfortant. Il faisait si froid dehors que je devais faire des réserves caloriques ! Point Bonus pour la persillade qui réveille bien le plat par sa saveur et sa couleur. La pâte à pizza est un délice qu'on mangerait toute la croûte (ou de chiper celle du voisin). Je sais qu'il y a de grands amateurs de leur pâte à pain parmi mes lecteurs ;)

       

Attention à la taille des pizze. L'adresse propose 2 tailles. La « petite » est moyenne. La « grande » est géante. Vous voilà prévenus. Si vous n'arrivez pas à tout finir, vous pouvez demander à emporter.

           

GrandPizzeria-4GrandPizzeria-5

Après avoir essayé de relever ce défi de finir chacun sa pizza, on se promet de ne pas prendre de dessert... Mais quand même il est tentant de terminer par un point d'orgue sucré... La carte des desserts est moins longue, on se décide plus rapidement. Je remarque quelques desserts qui sont passés à la trappe comme le café-liégeois, dommage !

Bien sûr, on y trouve le traditionnel tiramisù ou l'indémodable mousse au chocolat, mais ça sera comme d'hab (difficile de s'en défaire surtout quand on est accro) : Coupe Plombière* (glace rhum-raisin et pruneaux à l'armagnac) pour ma part, et Coupe Colonel* (sorbert citron vert arrosé de vodka) pour monsieur. Des coupes glacées alcooliques assez copieuses, qui glissent toutes seules, et à prix raisonnable. La note, elle aussi, passe toute seule. La soirée se finit bien.  

                  

               

La Grand'Pizzeria, dit aussi "La Grand'Mama"

4 rue Castellane, Toulouse.

Ouvert seulement tous les soirs, même le dimanche.

____

* Alcool à consommer avec modération, faut-il le rappeler

mardi, septembre 27 2011

Toulouse } Chez Raymond, la Cantine toulousaine

ChezRaymond-AChezRaymond-B

« Chez Raymond » est un restaurant de quartier à la devanture rustique, situé sur la place Diebold (ex-place Roguet). Depuis des années, cette adresse est réputée pour ses menus aux prix imbattables (de 12,5 à 22,5 €),  pour son ambiance « cantine bruyante ». On y mange comme à la maison (tout dépend de votre niveau en cuisine ;) ), à la bonne franquette. Ne pas espérer de grand chef d'œuvre. Ici, c'est simple et bon. 

La déco ? Des miroirs illustrés « Vogue », de grands tables occupent l'espace, les chaises se déplacent, une télé cathodique allumée au fond... Peu importe, on va « Chez Raymond » pour manger et passer un bon moment. Le reste, on s'en fout.

Cette cantine est fréquenté, à midi, par des habitués de longues dates. Le soir, la clientèle se rajeunit. Idéalement pour les groupes d'amis que les couples. À moins de regarder votre dulcinée dans le blanc des yeux toute la soirée, pourquoi pas ?

Un midi-là, j'ai testé en bonne compagnie la formule de 12,5 € qui comprend une Soupe du jour, Entrée, Plat, Dessert et 1/4 de vin Rouge ou Rosé. Oui, tout ça mais on est pas obligé de tout prendre.

En salle, le service est rapide et efficace. D'ailleurs, on enchaîne de suite avec l'entrée...
                
                    
Pour commencer  On a esquivé la Soupe du jour (ainsi que le vin pour garder la tête fraîche sur les épaules) afin de passer directement à l'entrée... Très étonnant, même dans ce menu, il y a beaucoup de choix indiqués dans la carte sans oublier les entrées du jour sur le tableau blanc ! À l'honneur : l'assiette de crudité, la salade de Roquefort, le boudin grillé, tranches de melon et jambon ou l'assiette de charcuterie...

J'ai choisi les asperges sauce aïoli (ou vinaigrette au choix). Ça ne me choque pas de me servir des asperges en bocal... Je fais ça chez moi,  comme à la maison ;) 

                  

ChezRaymond-CChezRaymond-D

Plat de résistance Ma voisine a opté pour l'omelette. Ce plat n'est pas une chose courante au restaurant à Toulouse (contrairement à Paris). On peut choisir sa cuisson (baveuse ici ou bien cuite) et son accompagnement (salade ou frite). 

Cette omelette bien baveuse a l'air bien exécutée et d'ailleurs, elle m'a donnée envie...
               
            
Le Plat du jour un Navarin d'agneau pour mes autres voisins. Mais avant, on vous amène l'accompagnement (à choisir entre les pommes de terres, les frites ou la poêlée de légumes). Ensuite, on vous pose le plat au beau milieu. Et chacun se sert ou quelqu'un se dévoue pour servir tout le monde. Comme à la maison... Et ça me plait beaucoup ;)

                          

ChezRaymond-EChezRaymond-F

Mon plat  Poisson à la bordelaise. Oui, je sais, c'est la star des plats surgelés... Et J'avoue n'avoir jamais goûté cette version donc aucune comparaison possible avec ce plat-maison. C'est bon, croustillant, cuit comme il le fallait et bien assaisonné. Cependant à réserver pour les fans d'acidulé. 
                
             
En Dessert 
Les choix n'en manquent pas ! Le dessert du jour est un Far breton aux pruneaux, une salade de fruit, un yaourt à l'ancienne (pas maison) etc... J'ai arrêté mon choix sur l'ile flottante, simple et bonne. J'en demande pas plus.

         

On en ressort le ventre plein mais on se demande comment on tient encore sur les jambes. À recommander pour les groupes à petit budget.

                

            

Chez Raymond

9 place Diebold, Toulouse (Quartier St-Cyp)

Ouvert tous les jours, midi et soir. Menu complet 12,5 €, 16,5 € et 22,5 €. Réservation conseillée.

Votre attention, s'il vous plait !!! Cassoulet maison, le 1er jeudi de chaque mois.

mardi, décembre 7 2010

Faim de loup ? Fin de mois ? Vive la Gouaille !!!

Depuis de nombreuses années, La Gouaille (rue Jouxt-Aigue) est connue pour sa formule à petite prix mais grande assiette. Son ambiance décontractée et serrée, sa déco insolite-brocante.

Petit prix mais grand choix, le menu dévoile une entrée unique (ce soir-là une soupe) ainsi qu'une dizaine de plats à choisir (brochette d'Agneau, Bar à la plancha etc...) dont un plat du jour (le boeuf Bangali). Il parait qu'il y a des gens qui viennent de loin rien que pour le Camembert au four !!! 
                 
La première fois que j'y suis allée, c'était il y a 4 ans, où j'ai commandé le camembert qui est resté longtemps dans ma mémoire car il m'a semblé assez étrange... Il était visiblement passé dans les cendres, chaud mais avec une texture rigide avec un goût de brie. Première impression de mon plat était plus que bof mais j'avais passé une bonne soirée, ce qui compte le plus.
Cette fois-ci, j'ai pris le risque de lui donner une autre chance en le recommandant pour ce soir.
                      

Faisons une place à la soupe qui est fidèle à elle-même, sans surprise tout en légume : Chou-vert, céleri-branche, lentille... Bien chaude qui tombait à pique (on s'gêlait dehors)

                         

Brochette d'Agneau délicieusement épicée (sans doute un mélange Tandoori)... Fondante, grillée,...En générale, l'agneau ne m'aime pas mais là, ça a été une véritable surprise, j'en ai goûté sans grimacer. Et ce fut une petite victoire pour moi !

                   

Le Camembert au Four bien accompagné de sa tranche généreuse de lard grillée, pomme de terre, salade bien vinaigrée aux petits lardons (oui, oui ! il n'y a jamais trop de lard). Au premier coup de fourchette, j'ai été agréablement surprise... il n'y a pas photo. Ce camembert est largement bien meilleur que celui j'avais goûté la première fois... Brûlant, fondant, coulant, gouteux et relevé à l'ail pour harmoniser l'ensemble. Ça donne envie d'y revenir !

         

En option, le dessert Si après la soupe et le plat de résistance, il vous reste un peu de place.. Tarte à la poire, gâteau au chocolat et tarte Tatin (avec sa crème fraîche).

          

              

La Gouaille, 6 rue Jouxt-Aigue, Quartier Carme-Esquirol

Ouvert le soir. Formule entrée-plat : 13,5O €  - Dessert à la carte

Réservation vivement conseillée. Et pas de CB.