OBali-Abis.JPG

Ô Bali  Ce petit resto indonésien... Michel, un ami pirate, m'en a fait l'éloge ! Et pourtant, il a tenté de me dissuader d'y aller pour éviter d'en faire un article car oui, cet écrin d'exotique est un bijou, logé dans la rue Denfert-Rochereau (hélas)... 

Ce soir-là, pour se rassurer, on s'était rendue en groupe... C'était la crème de la crème des blogueuses gourmandes toulousaines - hé oui, si je le dis ! : avec Claire-tte qui nous a fait bavé de son dîner chez Sarran, l'espiègle Marinea, Bricnbroc qui est tout mimi avec son sautoir « nœud », ma quasi-voisine de quartier Gaëlle et moi, votre fidèle servante. Bien qu'entourée, j'ai passé la soirée rêveuse, mon regard surtout dirigé vers ce plafond de jolis tissus.

Ô Bali a ouvert ses portes il y a 2-3 ans, une dizaine de table compose la pièce où la déco est dépaysant mais assez chargée, un maître des lieux gère la salle et 2 chefs (un balinais et un javanais) dominent la petite cuisine. Sur les tables, pas de baguettes mais un couteau et une fourchette. Le maitre des lieux, un francophone routard et cultivé, nous informe que les indonésiens ont coutume de manger avec les doigts. 

La carte propose 4 menus : un balinais « Sumatra », un javanais « Jawa », un traditionnel/populaire « Nusantara » et végétarien (pour plaire au solitaire). Nous nous sommes perdues dans la carte, heureusement que les explications du maitre des lieux nous éclaircissent les noms des plats. Attention, la gastronomie indonésienne n'a rien à voir avec les saveurs asiatiques que nous amalgamons à tord. Ne mélangeons pas tout.

Et les prix des menus sont plus que raisonnables qu'un vol aller-retour Toulouse/Bali...

               

OBali-B1.JPG

Les entrées  Les assiettes arrivent impatiemment et sont joliment présentées. La salade « Gado-Gado », son nom danse telle une valse, est une généreuse salade de crudité, nouilles chinoises, tomate et échalote frite, souligné d'une légère vinaigrette à la cacahuète et de kecap manis (sauce soja sirupeuse à la mélasse - non, ce n'est pas du concentré de balsamique).

                

OBali-B3.JPGOBali-B4.JPG

« Martabak » gigantesque brick de poulet aux légumes (existe en version végétarienne dans le menu correspondant). Bien que ma brick soit délicieuse, j'ai tartiné de sauce « sambal ». La sauce (me) semble qu'elle soit fait-maison. Mes sens en sont tout troublés, je la trouve délicieuse, moyennement intense et fruité à la citronnelle (??). 

               

OBali-C1.JPGOBali-C2.JPG

Les Plats  « Mi Goreng », les « mi » sont des nouilles chinoises au blé, « goreng » signifiant « sauter », donc des « nouilles sautées » au kecap manis, crevettes et souvent accompagné d'un œuf au plat. C'est un plat très populaire, dégusté à toute heure de la journée en Indonésie, et même au petit-déj ! Ce plat peut se faire avec du riz, le « nasi goreng ».

Bœuf rendang, un plat qui est servi traditionnellement dans les mariages balinais. C'est «... un mijoté de bœuf aux épices (qui ne signifie pas forcément "piquant") et au lait de coco durant au moins 4h... » m'a-t-on salivé. Le goût de mon plat, inédit, m'a transportée, c'est sûr. J'ai adoré tombé sur les rondelles d'échalote frite. Mais je dois avouer que j'ai été déçue, la viande était dure, il ne m'a pas fait fondre, manque-t-il de cuisson ?

                 

OBali-C3.JPG

Le Saté est un autre plat assez connu dans le monde, mais qu'on se trompe souvent. On pense qu'il est originaire de Thaïlande mais il vient d'Indonésie. On pense aussi que c'est un mélange d'épices à la cacahuète, en fait, « saté » signifie « brochette ». Chez Ô Bali, il les propose au bœuf ou végétarien... Et j'ai aimé sa version végétarienne au tofu ;)

           

OBali-D1.JPGOBali-D2.JPG

Les Desserts  La plupart des desserts sont d'un vert fluo, ce qui peut effrayer plus d'un... sauf les blogueuses gourmandes ! Ce vert est donné par un arôme « le pandan », qui est obtenu en mixant et filtrant des feuilles de pandan. Le parfum est indescriptible ou inédit chez la plupart. Quant à moi, c'est ma madeleine (avec aussi l'odeur du baume chinois, le sucre de palme, l'encens...).

Mon dessert, « la surprise du chef » : une verrine à l'agar agar et une boule de tapioca au pandan panée de noix de coco et garnie de sucre de palme fondant me rappelle un dessert cambodgien (à voir dans le livre sur la cuisine cambodgienne « Sala baï »).

Verrine de banane et salade de fruit exotique pour ceux qui n'en peuvent plus...

          

J'ai passé une belle soirée de découverte en gourmandise et en papotage. Malgré le bémol de mon bœuf, ça ne m'empêchera pas d'y revenir... Bientôt pour le plat de saté au tofu ;)

   

               

Ô Bali

31 rue Denfert-Rochereau, Toulouse. 05 34 43 51 34

Ouvert le midi et soir.