Carnet d'une gourmande chronique...

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Gastronomique

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi, août 6 2013

Restaurant } La Promenade, à Verfeil

LaPromenade-A1.JPG

Promenons-nous... Elle m'en avait parlé il y a un an avec des étoiles plein les yeux, ce midi-là, mon contre-filet en est devenu fade. Un soir, c'est en compagnie de 3 musiciens que je me suis laissée emporter jusqu'à Verfeil, au nord-est de Toulouse (à 30min).

Après une carrière musicale, le Chef Nicolas Thomas échange son violoncelle contre le piano des fourneaux. Il a pris l'orientation culinaire en 2010, en passant le CAP et a même tutoyer les grandes cuisines d' O Saveurs et d' En Marge. Depuis 2012, il mène en solo derrière les feux de la Promenade, emblématique restaurant du village me dit-on. Ce fut longtemps un restaurant de village qui proposait des tapas. Aujourd'hui, le Chef Nicolas Thomas souhaite lui donner de belles notes en offrant une cuisine créative en liant des produits d'ici et de saison, en les travaillant de manière subtile dévoilant en bouche, une émotion vive. 

              

LaPromenade-B1.JPGLaPromenade-B2.JPG
L'Eléphant Rose - Ventoux

Placés sur la terrasse, rafraîchis par la température qui chute de ce début de soirée, hypnotisé par la vue sur le village... On s'est laissés guider par la carte à 4 plats -38 €- et par cette "L'Eléphant Rose" le bien nommé ;)

             

LaPromenade-B3.JPGLaPromenade-B4.JPG
En attendant...

Arrive ensuite la Focaccia et huile d'olive de Lucques. La star, c'est incontestablement, l'huile d'olive de Lucques, d'une délicatesse et d'une finesse élégante.

        

LaPromenade-B5.JPGLaPromenade-B6.JPG
Mise en bouche

Verrine tomate, vichyssoise de pomme de terre et crumble de Comté. Il fallait surtout plonger la cuillère pour attrapper les 3 couches. Simple et raffiné à fois. Terriblement efficace. 

             

LaPromenade-C1.JPGLaPromenade-C2.JPG
Jardin - Fèves... D'ici et d'ailleurs

La fève fraîche nous offre un jolie palette de vert et d'éclats. Nature, en purée... La falafel de fève fraîche, mes papilles en redemandent !

              

LaPromenade-D1.JPGLaPromenade-D2.JPG
Mer - Pêche du moment, asie

Tataki de thon & Sorbet tomate-verte et basilic, gelée de tomate verte, carotte barigoule et pétale soucis sur un riz vinaigré. Un sushi destructuré qu'il fallait restructuré avec nos fourchettes. On a sauté complètement de continent pour atteindre le Japon... 

          

LaPromenade-E2.JPGLaPromenade-E3.JPG
Basse cour - Volaille, filet et tourte

... Pour revenir sur nos terres. Tourte foie gras, suprême de volaille, girolle, arroser de jus de veau tout frétillant pour conjuguer l'harmonie du plat. 

              

LaPromenade-F1.JPG
Sucré - Pèche, chocolat blanc et verveine

Pêche rôtie, glace verveine, cigare de chocolat blanc. Une note sucrée merveilleusement parfumée, très fondante, voluptueuse et parfois craquante.

           

LaPromenade-F2.JPGLaPromenade-F3.JPG

La tisane à la verveine fraîche développe un parfum incroyable ! 

        

La Promenade est une belle adresse qui a fait nous dégourdir les sens... Il faudra y revenir car le chef Nicolas Thomas peaufine sa carte tous les mois. Et ça sera avec plaisir ! 

               

              

La Promenade

2 promenade Jean-Jaurès, 31 590  Verfeil.  Tel : 05 34 27 85 42

Ouvert le Midi, du Mardi au Dimanche. Le Soir, du Jeudi au Samedi.

mardi, avril 10 2012

JinJi - Table Coréenne, à Blagnac

JinJi-A

Le Coup de cœur des coups de cœurs  Adresse apparue il y a 2 ans à quelque pas du centre-ville de Blagnac. Le Jinji fait parti des rares restaurants coréens dans la région, avec le Yo, le Séoul et Le Boli Café (et une autre adresse dont le nom m'échappe). Entre la découverte et mon passage, j'ai pris mon temps... L'établissement étant excentré, et il m'est difficile d'y aller (surtout sans savoir conduire!). Et les transports en commun ? Aller jusqu'à Blagnac en bus pour déjeuner, ne me semblait pas raisonnable. Et puis enfin, pour une fois, J'ai invité mon amoureux pour une soirée à deux. Monsieur a même sauté dans son costume et je me suis aperçue qu'il savait aussi faire un nœud de cravate :)

Tenu par un couple franco-coréen. Longtemps, madame était en cuisine, et désormais, Soo Jin (son prénom) officie aussi au service. Un bout de femme, mince, attentionnée (presque maternelle) qui survole de table à table, recueillir les avis des clients pour voir si ça va, sans trop envahir. Et tant mieux, on devine son contact de bien faire et adore commencer la conversation. On admire aussi son service efficace, sa force presque surnaturelle de porter 2 barbecues de table en même temps (de la fonte bien lourd sur chaque main).  Mais comment fait-elle ?? Le secret se trouve dans sa cuisine ?!! 

            

JinJi-B

Le Jin Ji  est un restaurant semi-gastronomique proposant de faire découvrir le fameux barbecue coréen, des plats traditionnels coréens adaptés aux produits français (si possible), voire locaux si j'ose dire.

La salle à la déco moderne et reposante à la fois. D'immenses « jar à kimchi » posés au quatre coin de la maison. Une ardoise expliquant la philosophie de l'établissement : « le Terroir », « la Terre », « les parents », ces mots qui marquent beaucoup l'esprit. Sur la table, on peut remarquer les couverts traditionnels coréens. La cuillère à soupe et les baguettes - en métal.

Le soir  on nous propose le Menu Découverte, le Menu Dégustation, ou À la Carte. Quelque soit le choix, le soir ce sont les spécialités coréennes à l'honneur. Nous choisissons le premier à l'unisson. 

               

JinJi-CJinJi-Cbis

Pour patienter  Nous étions curieux de goûter aux apéritifs coréens. Il y a le célèbre alcool de patate douce le « Shoju » que je connais déjà, et que je n'adhère pas. C'est fade, ça ressemble à de la vodka éventée. Le mieux est de le choisir aromatisé. En arrière-plan (de la photo), un alcool aux 12 plantes. J'avais l'impression de goûter à une potion magique fait par un druide. Plutôt désaltérante.

Étant une fille aux fruits rouges, c'était sans surprise que je choisisse le « Bokbunjajoo » (à vos souhaits!), un vin aux fruits rouges. C'est sensé être une boisson aphrodisiaque, mais je trouve ça délicieux et intriguant à la fois. C'est bien du vin avec un goût de fruit rouge (et pas un alcool aromatisé aux fruits rouges).

Mise en bouche  Soupelette de courge, carotte et panais au bouillon maison. Du velours à chaque cuillerée. Cette aperçue est une rencontre insolite et familière dans un lieu où l'on espère s'évader. La suite, on décolle soudainement. 

            

JinJi-DJinJi-Dbis

Nos Entrées  Mon assiette de Tofu croustillant & Pyogo à la sauce aigre-douce. C'est connu, le tofu est un ingrédient ennuyeux qui a besoin qu'on l'amuse un peu en jouant par texture, et en lui apportant du goût. C'est croustillant et fondant, et le goût aigre-doux-fruité est plaisant. Pour ceux qui n'aiment pas le tofu mais qui raffole l'accord aigre & doux (comme moi), je vous le recommande sans hésiter . 

Vermicelles de patate douce sauté au bœuf « Japchae » Comme les vermicelles de soja, celles-là sont transparentes mais plus épaisses et plus lisses, et il faut avouer, ça n'a pas vraiment de goût. Elles sont assez amusante à manger, elles glissent entre les baguettes. En finissant l'assiette, comme un entrainement. Les saveurs sont apportées par la garniture et l'assaisonnement.

               

JinJi-EJinJi-Ebis

Chaud devant !  Et on enchaîne avec l'arrivée sur notre table bien frétillant, le Barbecue de Basse-côte aveyronnaise « So Bul Go Gi » pour lui.

Et le Magret de canard mariné fruits et soja « O Li Bul Go Gi » pour moi. C'est ludique et ça peut surprendre la première fois. J'aime m'occuper de la cuisson surtout que j'apprécie bien caramélisé, et il se marie à merveille avec une tranche de kimchi. Ça donne en bouche une note sucrée (par la viande) s'équilibrant avec une note relevée (par le kimchi). Accompagné par un verre de vin rouge « nature », c'est le paradis !

                    

JinJi-F

Kimchi de la maison  chou chinois épicé et fermenté durant minium 6 mois. Une curiosité pour les français, le kimchi est un indispensable légume-condiment sur toutes les tables en Corée. Celui-là, est le meilleur que j'ai pu goûté (en même temps, dans ma vie, j'en ai pas connu beaucoup). Très relevé, j'en suis folle ! Vous devinez qu'à la fin, le ramequin était vide.

                 

JinJi-GJinJi-Gbis

Les accompagnements  Salade colorée, croquante et légère réveillée par une vinaigrette de pomme. Mon bol de riz aux « 3 variétés » et sa lamelle de magret grillé et sa tranche de kimchi :)

              

JinJi-HJinJi-Hbis

Desserts  Moelleux au chocolat au souvenir d'enfance pour la surprise il faudra y goûter. Mon préféré reste la Crème brulée au Yuja, la texture ressemble plutôt un flan (pas très grave) mais le goût est sublimé par la confiture de Yuja. Cet agrume très parfumé oscillant entre la mandarine et le pamplemousse, possède un goût unique, paradisiaque.  

              

JinJi-IJinJi-J

Et le midi ?  J'y suis retournée avec ma copine A, en bus. J'aurais jamais cru. De plus, le trajet a mis une vingtaine de minute, alors que je nous imaginais coincées dans les embouteillages (le midi à Blagnac, un grand classique). Nous avons commandé un verre de Soju à la Datte, pour elle et un verre de Sensachun (à base d'Aubépine) pour se remettre de nos émotions.

Jinji proposent un menu de midi qui change toutes les semaines avec des plats traditionnels. Par exemple, en entrée, un sauté de haché de bœuf aux légumes et gelée.

           

JinJi-KJinJi-K2

Les plats du jour  Pour mon amie A, un Mijoté de Bœuf, purée noire et riz. La viande est terriblement fondante, la purée noire tirant vers le gris pourrait surprendre.

Mon plat, du lieu noir meunière (il me semble) déglacé-laqué au jus de kimchi. Un plat très relevé (pourtant on m'avait prévenue), le poisson est  talonné par le fameux riz « aux trois variétés », des namuls d'aubergine, de germes de soja et de courgette. Un véritable délice, mes papilles en ressortent enchantées. 

                  

JinJi-L

Desserts du jour Il fallait choisir entre un Tiramisù à la crème de marron ou un Flan alsacien à la pomme. Je me suis laissée tenter par la pomme, je ne m'attendais pas à retrouver ce dessert fait-maison qui rappelle la crème catalane et le flan pâtissier, plutôt élaboré par rapport à ce que l'on trouve ailleurs (chez les asiatiques en général). De plus, ce dessert a été servi chaud, il s'apprécie mieux en prenant son temps.

          

Petit conseil  Ne faites pas comme moi. N'hésitez plus, n'attendez pas, allez-y ! Avec ou sans cravate ;)

          

       

Jin Ji  Table Coréenne

23 rue des Mines, Blagnac. 05 61 15 71 00

Parking privée. Bus 25 & 70 - arrêt "Bûches". Tram 1 - arrêt "Place du relais"

Possibilité de plats végétariens, et même sans gluten.

dimanche, février 12 2012

Le Crep'Chignon, à Cornebarrieu

CrepChignon

Rencontré lors de la soirée Lucien Vanel 2011, le Chef Guillaume Villain n'avait pas de carte de visite sur lui mais ce n'était pas nécessaire puisque j'avais déjà entendu parlé de sa fameuse crêperie, le Crep'Chignon. « Il fait des crêpes gastronomiques, voire même que c'est un prétexte ! » m'a-t-on dit... Sans oublier que l'équipe a été récompensé, quelque mois plutôt, par le Prix du Meilleur Dessert en 2011 ! Et puis comment oublié ce personnage ! Enthousiaste et épicurien, extravertie habillé d'un sourire contagieux. Bref, il m'a marqué mon esprit... Ce soir-là, je me souvenais aussi qu'il allait nous raconter sa rencontre avec sa femme qu'il qualifie de « Rocambolesque », et que je ne connais toujours pas l'histoire ! 

J'ai lancé un appel au co-voiturage et une occasion m'a fait déplacer jusqu'à Blagnac durant un temps. Il fallait en profiter et c'était le bon moment de s'y aventurer avec un ami Benoît (mon co-luncher du jour, co-voitureur et zythologue). Sa cachette se trouve en suivant les gronavions dans le ciel, après Blagnac, à Cornebarrieu précisément.

               

CrepChignon-B

Lorsqu'on entend « crêperie », on ne peut s'empêcher de penser à la bigoudène et sa coiffe, le bolet de cidre, le chant des mouettes, sa carte classique et bon marché. Sur place, ce restaurant bascule tous ces clichés. On se retrouve dans un cadre contemporain, spacieux et lumineux. Avec une terrasse pour les beaux jours.            

Je dois vous avouer que je n'attendais pas à ce décor, je me suis même demandée si nous étions bien au bon endroit... Jusqu'à l'apparition du chef avec son accueil jovial et sa casquette. C'était bien là.

            

CrepChignon-D

Arrivant à peine, qu'il nous présente son équipe et nous invite à passer dans les coulisses. Et sans attendre, une commande est passée. J'assiste impressionnée par la préparation : « Deux formules midi, une salade exotique et une salade grecque -sans feta- avec galette complète (œuf, jambon fromage) ». 

Son geste est précis et rapide, avec beaucoup d'assurance. Je suis toujours autant médusée de voir comment on étale la pâte à crêpe sur un billig. En plus, tout en nous expliquant.

             

CrepChignon-F

Nous sommes venus pour déjeuner. Nous prenons nos aises (enfin!), et la carte nous est présentée de façon cérémoniale par sa serveuse (qui a été coiffeuse)... À midi, il y a une formule pour les budgets-mini, les indécis voire les rapides (petite salade, galette à choisir parmi les classiques, une crêpe classique et café).

Même si la formule de midi me plaît, comme nous avons le temps, et qu'on a fait le déplacement. On s'est orienté à la carte... Et le choix s'avère être encore plus difficile... Premièrement, les noms des galettes nous faisaient sourire ! On ne peut résister de lire/relire à voix haute, donc on a pris le temps d'hésiter... Et de mon côté, tout me faisait envie. Surtout la Qu'es Aso (une galette au homard !!!) ou la Meulette (caviar et truffe !). Finalement, je suis restée sage, mais un peu folle car j'ai choisi ma galette en fonction de la « glace salée de chez Philippe Faur » accompagnant quasiment chaque « spécialité de sarrasin » !

               

CrepChignon-G

Et pendant ce temps-là, Benoit me parle du lancement de l'actu qui déchaine les passions : le lancement de Free Mobile !

Nos commandes apparaissent... Ma Galette Catogan, def : Queue de cheval sur la nuque tenue par un ruban de soie (Foie Gras poêlé, Magret de Canard, Pommes de terre sautées, Fleur de Sel).

Étant une fille du Sud-Ouest, c'était comme un devoir de la choisir, sinon, on va me renier. J'ai été ravie... Le foie gras poêlé croquait et fondait sous la langue. Le magret grillé est toujours de bonne compagnie. La glace au foie gras est terrible ! Des ingrédients de qualité transforment un plat simple en galette gourmande, très gourmande

          

CrepChignon-H

Celle de Benoît, Galette Huluberlue, def : Cheveux bouclés et en désordre au début du règne de Louis XIV (Saucisse de Toulouse, Pomme de Terre, Glace aux Cèpes).

               

CrepChignon-I

On s'est laissés tenter par un dessert... Ma Crêpe Chamallow, des guimauves grillées sous un pluie de coulis de fruits rouges, chantilly et glace Tagada. Demandez-moi mon âge, j'ai 4 ans !

             

CrepChignon-J

Celle de Benoît, sa Crêpe aux smarties... Des Smarties par milliers, et sauce au chocolat. glace et chantilly. Avouez-le que vous avez toujours fantasmé de vous faire une petite boîte de smarties en dessert !! ;) Ces crêpes sont magiques, ce sont des crêpes de jouvence !

           

Le Chef Guillaume Villain dore les lettres de Noblesse de la Galette en lui donnant des saveurs glamours, en leurs chapeautant d'un nom haute-couture à la définition amusante. Une expérience qui décoiffe !

Avant de partir, j'ai oublié de demander au chef de nous raconter sa rencontre avec sa femme... Bon, ça mérite une nouvelle visite ! :)

           

Pour la Saint-Valentin, une petite souris m'a confiée, qu'il y aurait une soirée dédiée en surprise. 

              

                 

Le Crêp'Chignon

5 route de Toulouse, Cornebarrieu. 05 34 52 11 69

jeudi, octobre 20 2011

Toulouse } Le Métropolitan

Mêt-2Mêt-3

Le Métropolitan, ou intimement le « Mêt », est un restaurant gastronomique situé à l'écart du centre de Toulouse avec Jérémy Morin derrière le piano, et Sébastien Gaches en maitre des lieux. 

J'avais déjà entendu de bels échos notamment chez Rod. Comme je l'avais confié à Ludovic, j'aurais aimé m'y rendre mais je savais pas comment y aller (je ne sais qu'embrayer/débrayer, c'est déjà un bon début...) et avec qui (toute seule, il serait bien dommage). De tweet en tweet, en très peu de temps, on a formé une équipe de gourmets, arrêté une date et fixé une réservation. Et ensuite, on s'est organisé pour le co-voiturage. Ah la magie d'internet...

Voilà, la semaine d'après, on se retrouve autour d'une table sur la terrasse du Métropolitan, en faisant connaissance, partageant un délicieux repas et parlant de... gastronomie et de vins !! Y'a qu'en France où l'on parle de cuisine en mangeant. C'est jamais assez prouvé.

          

Mêt-A

L'établissement est situé à l'écart du centre-ville. Pour pouvoir y aller, il vaut mieux prendre la voiture (Il y a un parking). Assez étrange comme lieu. Le restaurant est bordé d'immeubles, et se trouve dans un petit centre commercial récent. L'intérieur est comme un grand salon avec ses canapés capitonnés, son décor sombre, sa cheminée... 

On s'est rendus un midi pour découvrir son menu du jour à prix accessible. Et personnellement, de savoir que le menu suit l'inspiration du moment me plait fortement (donc les plats présentés ont des chances de n'être plus proposés...).      

Je vous avoue que j'ai eu peur de ce cliché de ces restaurants gastronomiques proposant des plats constitués de « 2 bouts de carottes et 3 petits pois »... Alors que moi, je suis une grande gourmande et je craignais d'avoir encore faim en sortant de table... Et vous allez voir que j'ai été bien agréablement étonnée ! J'adore être pessimiste, on a par la suite que des bonnes surprises :)

Le service est très présent, efficace mais discret. Avant d'attaquer chaque plat, les verres sont de nouveau à niveau, les couverts ont été changés et les miettes ont disparues... Tout ça, sans qu'on s'en aperçoive. 

              

Mêt-B

Les Mignardises Salées  Sablé aux olives, crème fouetté aux saumon, tartelette de tomate-cerise confite et pesto.

Disparues très vite en une bouchée, en compagnie d'un verre de vin blanc sec Corse. Puis, on a continué le repas avec un Beaujolais (pas ce que vous pensez, heing !).

           

Mêt-CMêt-D

La mise en bouche  Tataki de thon, caviar d'aubergine et crème de poivron.

Vous savez déjà que je n'aime pas l'aubergine... Mais associée avec le thon, ce plat a des accents japonais... C'était un délice !

                              

Mêt-EMêt-F

L'entrée du jour  Sot-l'y-laisse de dinde, velouté de girolle et écume de cantal.

L'entrée semble légère mais chaque cuillerée apporte des saveurs très marquées, par les champignons et le cantal. Un mariage très surprenant. Finalement, c'est un plat très riche et aussi très généreux. Il y a 3 sot-l'y-laisse ! 3 morceaux !! Qui n'a pas jamais rêvé d'avoir ça dans son assiette ?!  ;) 

           

Mêt-HMêt-G

Le plat du Jour  Tête de veau aux épices, purée de panais et jus de veau.

J'avais eu un grand pressentiment que la tête de veau allait être réinterprétée, ou plutôt "réincarnée". Oui, on est pas n'importe où ! Et lorsque le plat nous est présenté, j'étais ravie. La tête de veau est dressée dans une pâte filo tel un énorme friand. La pâte filo redonnait de l'appétit à ce classique de bistrot (pas très glamour à la base, faut le reconnaitre) et son côté croustillant doré flattait la vue et le palais. La tête de veau fondante se déchirait à merveille. La purée de panais très douce et crémeuse. Le jus de veau était le bienvenu.

C'est un très bon plat chaleureux alors qu'il faisait beau sur la terrasse. (Petite déception personnelle, je ne suis pas allée jusqu'au bout. Ouhhhh...)

                    

Mêt-IMêt-J

Le dessert  Bavarois au Thé Macha, crème de citron, gingembre confit et sorbet de litchi.

Un dessert très graphique. J'avoue, j'ai moyennement aimé le dessert. Plus je déguste du matcha, et plus je m'aperçois que je n'en raffole pas tant que ça... Au fait, dans ce plat, j'avais rêvé de croquer dans un bavarois parfumé au pandan... Mais c'était bien du macha qui avait de belles notes citron et de gingembre. Mais je reste envoutée par le Sorbet Litchi.

         

Mêt-LMêt-K

Mignardises sucrées  Pour clôturer ce repas et accompagner le café. Dans le pousse-pousse « Chantilly, compotée de figue et spéculoos » , pâtes de fruit et petits cakes.

          

On a passé un moment agréable autour d'un déjeuner de roi ! Ça semble frugale mais c'est une succession de bons petits plats formant un repas complet, dans un cadre idéal avec un beau temps en très bonne compagnie. Et le service est au top.

              

           

Le Métropolitan

2 place Auguste Albert, Toulouse. 05 61 34 63 11

Ouvert au déjeuner (mardi à vendredi) et au diner (mardi à samedi).

À titre indicatif : Notre déjeuner (Apéritif, vin, menu de midi à 30 € et café) env. 40 €/personne