Carnet d'une gourmande chronique...

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi, avril 8 2014

Sélection } Les restaurants coréens à Toulouse

Répétez après moi : Bibimbap, Bulgogi, Kimchi, Japchae… Parce que c’est certain, vous allez être accro à la cuisine coréenne, mais vous ne le savez pas encore !

              

On pourrait s’imaginer que la cuisine coréenne ressemble à celle de ses voisines, chinoise et japonaise. Et pourtant, elle possède une vraie identité. Elle est très variée (légumes, nouilles de toutes sortes, viande…), conviviale et ludique, mais sucrée et relevée à la fois. Il serait dommage de passer à côté de la cuisine coréenne d’autant plus que nous avons la chance à Toulouse d’être gâté. Car depuis 2-3 ans, il s’est ouvert pas moins de 6 adresses dans la région. Gare à vos papilles !!!

          

JinJi-ELePtitLouis-D4.JPG

Le JinJi, le plus gastronomique 

Dans un cadre moderne et confortable près du centre-ville de Blagnac. Le JinJi est tenu par un couple franco-coréen. Longtemps, la patronne était en cuisine mais depuis peu, elle accueille aussi les clients. Sur la carte, un beau mariage entre la cuisine coréenne avec des produits du Sud-Ouest : porc noir de Bigorre, bœuf aveyronnais, canard gersois… A midi, elle propose un menu du jour avec 2 plats coréens authentiques. Le soir, place au fameux barbecue. Autre petit trésor (ou curiosité gustative), la maison propose un « kimchi » affiné d’un an. 

>> Jinji – Table Coréenne, 23 rue des Mines, Blagnac. 05 61 15 71 00

              

Le Petit Louis, la petite cantine 

Avant tout, c'est une -bonne- sandwicherie où les propriétaires d’origine coréenne ont eu l’audace de proposer quelques plats coréens pour faire découvrir. Les plats sont préparés à la demande et peut être déguster sur place (s’il en reste une de libre) ou vous pouvez l’emporter (pour le bureau ou à la Prairie des Filtres). Leur « jeyuk » (poelée de porc mariné au piment) qui arrache (vivement recommandé aux téméraires), un « bibimbap » coloré et très doux, des triangles « kimbap » dont l’algue nori croque encore. 

>> Le P’tit Louis, 32 rue de la République, quartier St-Cyprien, Toulouse. 09 54 89 74 35

                     

Seoul-DessertA.JPGKimbap-3

Le Séoul, le plus traditionnel 

Sur la rue Pargaminière, proche de la place St-Pierre, se trouve le Séoul. La cuisine ouverte donne sur une petite salle à la décoration épurée. La maison propose les fameux barbecue (au boeuf, porc, poulet et canard), ainsi que les Mandous (ravioli), le DolsoBiBimbap… Mais leur spécialité est le chabu-chabu. Une fondue au bouillon où l’on plonge soi-même de fines tranches de bœuf et des légumes variés. 

>> Séoul, 42 rue Pargarminière, quartier St-Pierre, Toulouse. 05 61 23 67 92

            

Le Boli Café, le plus insolite 

C’était un cyber-café reconvertit peu à peu en cantine et salon de thé coréen. Au début, des kimbaps sont proposés. Petit à petit, d’autres spécialités viennent compléter la carte : le BiBimbap, le Japchae (nouilles de patate douce sautées), les Lamyons (ramen coréenne)… tout ça à petit prix. Leur reconversion est un succès. Il faut réserver pour avoir sa table à midi. L’adresse est plutôt fréquentée par une clientèle jeune et il faut savoir apprécier la K-pop ;) 

>> Boli Café (ex-Cyber King, puis ex-Kimbap Queen), rue Gambetta, quartier Capitole, Toulouse. 09 50 30 81 41

            

LeeIn-B3.JPGGinDalLe-A.jpg

Le Lee In, le plus paisible 

Ouvert il y a 2 ans et demi, caché au fin fond du quartier Lardennes, le Lee In fait salle comble à midi. Le soir, l’adresse est fréquentée par les gens du quartier et l’ambiance y est plutôt calme qu’on a l’impression d’avoir la salle rien que pour nous. Du choix dans les entrée et les plats, mais optez pour le menu traditionnel à 8-9 plats adaptés aux palais douillets des occidentaux (si vous souhaitez «épicé», surtout n’hésitez pas à leur demander) . Même si les plats de l’entrée se bousculent, prenez le temps de les apprécier. Parce qu’ensuite, arrivent le porc et le boeuf sauté, la soupe Doenjang (une cousine de la soupe miso), le bol de riz et les petits assortiments/accompagnement de légumes du moment (les banchans et les namuls), on comprend alors pourquoi les tables sont de grande dimension. Attention, mardi c’est sushi & sashimi au programme. 

>> Lee In, 4 bis allée du Dr Zamenhof, quartier Lardennes, Toulouse. 05 61 78 85 08 

            

Le Gin Dal Le, le coréen japonisé 

Le lieu grouille d’Airbusien. Dans l’assiette, on est vite dépaysé par les entrées, quelque soit la petite soupe (doenjang aux légumes et émincés de boeuf) ou la salade maison (une petite part de crudité où sont posés des beignets de légumes, crevette et ravioli) souligné d’une petite sauce rafraîchissante à la mangue. Cependant, les sashimis sont décevants, la façon de couper demande beaucoup de mâche en bouche (bref, ça manque de fondant). Je vous recommande plutôt les plats cuisinés (chiken kastu, bulgoki, guikori…), qui en plus d’être bien présentés ; les sauces-maison sont également bonnes. 

>> Gin Dal Le (ex-Yakiyori), 5 allée de Corrèze, 31 770 Colomiers. 05 61 15 79 21

             

----------

NB : Cet article a été publié pour la première fois en Avril 2013, chez le blog gastronomique de Carré d'Info « La Muse Bouffe ».

mercredi, octobre 31 2012

Toulouse // Le P'tit Louis

LePtitLouis-A.JPG

Petit mais gourmand  Je pense vous avoir assez convaincu d'aller déjeuner/goûter/ papoter/rêvasser au Solaneko, ma cantine préférée à St-Cyprien. Désormais il faudra compter aussi le P'tit Louis. Ce n'est pas une infidélité au Solaneko mais une raison de plus pour traîner dans ce beau quartier. Le P'tit Louis a ouvert depuis le printemps dernier, et comme son nom l'indique pas, c'est une sandwicherie/saladerie. C'est une petite salle qui compte une douzaine de couverts à l'abri, dont six au comptoir, en face de la cuisine aux allures contemporaines. Des poupées, peluches, des livres de cuisine de grands chefs en anglais en guise de déco. Si vous tendez l'oreille, on peut entendre les pleurs d'un petit à l'annexe du resto.

                 

LePtitLouis-B1.JPGLePtitLouis-B2.JPG

Donc sur la carte, des sanwiches, pizza, gratin... Mais ce qui nous intéressent le plus, ce sont les spécialités coréennes car cette sandwicherie est tenue par un couple franco-coréen et il serait bien dommage s'en passer ;) Je n'ai pas l'occasion de goûter aux sandwiches mais d'après Tomoko du Solaneko, ils sont aussi délicieux.

             

LePtitLouis-F1.JPGLePtitLouis-F2.JPG

Les plats chauds coréens sont préparés à la commande (sur place ou à emporter). J'assiste avec émerveillement la préparation des plats. J'adore regarder les gens cuisiner quelque soit le plat, ça me captive. 

Hélas (pour moi), les viandes sont marinées à l'avance, j'espérais apercevoir un petit secret de fabrication ;) Les plats sont revenus avec des carottes râpées, du choux émincé, de l'oignon et même des tteoks (pâtes de riz courtes) qui caramélisent avec le jus de cuisson.

                

LePtitLouis-C1.JPGLePtitLouis-C2.JPG

En attendant la commande de nos plats, nous apaisons notre ptit creux avec un « Triangle » kimbap au thon (bref, comme un onigiri japonais). Et bonne surprise, la feuille d'algue a gardé son croquant et son goût. La farce au thon est relevée par des morceaux d'oignon.

Le P'tit Louis propose aussi donc des kimbaps (sur place ou à emporter). De gros makis coréens dont la farce est composée de légumes et viandes cuites, mais pas crues (contrairement aux makis japonais).

                

LePtitLouis-D1.JPGLePtitLouis-D4.JPG

Tous les plats chauds coréens sont servis avec une souplette (à base de miso) et d'une salade verte. Leur vinaigrette est très rafraîchissante : du citron ? Du Miel ? De l'échalote ??? Mais il doit avoir un petit secret encore ?

Si vous aimez les plats relevés, jetez-vous (incon)sciemment sur le porc « Jeyuk bokkeum ». Mes papilles s'en souviennent et en redemandent ! Très pimenté comme je l'imaginais. Ou alors le poulet « Dak galbi », dont la marinade est à dominante « aillée » (ça doit être pas mal à emporter pour embêter ses voisins de bureau). Dans les deux plats, les viandes restent très gouteuses et moelleuses.

                                 

LePtitLouis-D2.JPGLePtitLouis-E1.JPG

Ou si vous souhaitez commencer en douceur dans la gastronomie coréenne, optez plutôt pour le « Bibimbap ». Le plat national coréen composé de riz chapeauté de plusieurs légumes et de bœuf mariné (ou poulet).

               

On a fini notre repas par un thé coréen soit à base de racine (dont j'ai oublié le nom) ou de blé. Mais bon, je crois qu'il faut que je revienne pour goûter de nouveau les plats et deviner tous les secrets des marinades coréennes ;)

         

              

Le P'tit Louis

32 rue de la République, Quartier St-Cyprien. Toulouse. 09 54 89 74 35

Ouvert du Lundi au Samedi, à midi et en soirée. Sur place ou à emporter.

mardi, avril 10 2012

JinJi - Table Coréenne, à Blagnac

JinJi-A

Le Coup de cœur des coups de cœurs  Adresse apparue il y a 2 ans à quelque pas du centre-ville de Blagnac. Le Jinji fait parti des rares restaurants coréens dans la région, avec le Yo, le Séoul et Le Boli Café (et une autre adresse dont le nom m'échappe). Entre la découverte et mon passage, j'ai pris mon temps... L'établissement étant excentré, et il m'est difficile d'y aller (surtout sans savoir conduire!). Et les transports en commun ? Aller jusqu'à Blagnac en bus pour déjeuner, ne me semblait pas raisonnable. Et puis enfin, pour une fois, J'ai invité mon amoureux pour une soirée à deux. Monsieur a même sauté dans son costume et je me suis aperçue qu'il savait aussi faire un nœud de cravate :)

Tenu par un couple franco-coréen. Longtemps, madame était en cuisine, et désormais, Soo Jin (son prénom) officie aussi au service. Un bout de femme, mince, attentionnée (presque maternelle) qui survole de table à table, recueillir les avis des clients pour voir si ça va, sans trop envahir. Et tant mieux, on devine son contact de bien faire et adore commencer la conversation. On admire aussi son service efficace, sa force presque surnaturelle de porter 2 barbecues de table en même temps (de la fonte bien lourd sur chaque main).  Mais comment fait-elle ?? Le secret se trouve dans sa cuisine ?!! 

            

JinJi-B

Le Jin Ji  est un restaurant semi-gastronomique proposant de faire découvrir le fameux barbecue coréen, des plats traditionnels coréens adaptés aux produits français (si possible), voire locaux si j'ose dire.

La salle à la déco moderne et reposante à la fois. D'immenses « jar à kimchi » posés au quatre coin de la maison. Une ardoise expliquant la philosophie de l'établissement : « le Terroir », « la Terre », « les parents », ces mots qui marquent beaucoup l'esprit. Sur la table, on peut remarquer les couverts traditionnels coréens. La cuillère à soupe et les baguettes - en métal.

Le soir  on nous propose le Menu Découverte, le Menu Dégustation, ou À la Carte. Quelque soit le choix, le soir ce sont les spécialités coréennes à l'honneur. Nous choisissons le premier à l'unisson. 

               

JinJi-CJinJi-Cbis

Pour patienter  Nous étions curieux de goûter aux apéritifs coréens. Il y a le célèbre alcool de patate douce le « Shoju » que je connais déjà, et que je n'adhère pas. C'est fade, ça ressemble à de la vodka éventée. Le mieux est de le choisir aromatisé. En arrière-plan (de la photo), un alcool aux 12 plantes. J'avais l'impression de goûter à une potion magique fait par un druide. Plutôt désaltérante.

Étant une fille aux fruits rouges, c'était sans surprise que je choisisse le « Bokbunjajoo » (à vos souhaits!), un vin aux fruits rouges. C'est sensé être une boisson aphrodisiaque, mais je trouve ça délicieux et intriguant à la fois. C'est bien du vin avec un goût de fruit rouge (et pas un alcool aromatisé aux fruits rouges).

Mise en bouche  Soupelette de courge, carotte et panais au bouillon maison. Du velours à chaque cuillerée. Cette aperçue est une rencontre insolite et familière dans un lieu où l'on espère s'évader. La suite, on décolle soudainement. 

            

JinJi-DJinJi-Dbis

Nos Entrées  Mon assiette de Tofu croustillant & Pyogo à la sauce aigre-douce. C'est connu, le tofu est un ingrédient ennuyeux qui a besoin qu'on l'amuse un peu en jouant par texture, et en lui apportant du goût. C'est croustillant et fondant, et le goût aigre-doux-fruité est plaisant. Pour ceux qui n'aiment pas le tofu mais qui raffole l'accord aigre & doux (comme moi), je vous le recommande sans hésiter . 

Vermicelles de patate douce sauté au bœuf « Japchae » Comme les vermicelles de soja, celles-là sont transparentes mais plus épaisses et plus lisses, et il faut avouer, ça n'a pas vraiment de goût. Elles sont assez amusante à manger, elles glissent entre les baguettes. En finissant l'assiette, comme un entrainement. Les saveurs sont apportées par la garniture et l'assaisonnement.

               

JinJi-EJinJi-Ebis

Chaud devant !  Et on enchaîne avec l'arrivée sur notre table bien frétillant, le Barbecue de Basse-côte aveyronnaise « So Bul Go Gi » pour lui.

Et le Magret de canard mariné fruits et soja « O Li Bul Go Gi » pour moi. C'est ludique et ça peut surprendre la première fois. J'aime m'occuper de la cuisson surtout que j'apprécie bien caramélisé, et il se marie à merveille avec une tranche de kimchi. Ça donne en bouche une note sucrée (par la viande) s'équilibrant avec une note relevée (par le kimchi). Accompagné par un verre de vin rouge « nature », c'est le paradis !

                    

JinJi-F

Kimchi de la maison  chou chinois épicé et fermenté durant minium 6 mois. Une curiosité pour les français, le kimchi est un indispensable légume-condiment sur toutes les tables en Corée. Celui-là, est le meilleur que j'ai pu goûté (en même temps, dans ma vie, j'en ai pas connu beaucoup). Très relevé, j'en suis folle ! Vous devinez qu'à la fin, le ramequin était vide.

                 

JinJi-GJinJi-Gbis

Les accompagnements  Salade colorée, croquante et légère réveillée par une vinaigrette de pomme. Mon bol de riz aux « 3 variétés » et sa lamelle de magret grillé et sa tranche de kimchi :)

              

JinJi-HJinJi-Hbis

Desserts  Moelleux au chocolat au souvenir d'enfance pour la surprise il faudra y goûter. Mon préféré reste la Crème brulée au Yuja, la texture ressemble plutôt un flan (pas très grave) mais le goût est sublimé par la confiture de Yuja. Cet agrume très parfumé oscillant entre la mandarine et le pamplemousse, possède un goût unique, paradisiaque.  

              

JinJi-IJinJi-J

Et le midi ?  J'y suis retournée avec ma copine A, en bus. J'aurais jamais cru. De plus, le trajet a mis une vingtaine de minute, alors que je nous imaginais coincées dans les embouteillages (le midi à Blagnac, un grand classique). Nous avons commandé un verre de Soju à la Datte, pour elle et un verre de Sensachun (à base d'Aubépine) pour se remettre de nos émotions.

Jinji proposent un menu de midi qui change toutes les semaines avec des plats traditionnels. Par exemple, en entrée, un sauté de haché de bœuf aux légumes et gelée.

           

JinJi-KJinJi-K2

Les plats du jour  Pour mon amie A, un Mijoté de Bœuf, purée noire et riz. La viande est terriblement fondante, la purée noire tirant vers le gris pourrait surprendre.

Mon plat, du lieu noir meunière (il me semble) déglacé-laqué au jus de kimchi. Un plat très relevé (pourtant on m'avait prévenue), le poisson est  talonné par le fameux riz « aux trois variétés », des namuls d'aubergine, de germes de soja et de courgette. Un véritable délice, mes papilles en ressortent enchantées. 

                  

JinJi-L

Desserts du jour Il fallait choisir entre un Tiramisù à la crème de marron ou un Flan alsacien à la pomme. Je me suis laissée tenter par la pomme, je ne m'attendais pas à retrouver ce dessert fait-maison qui rappelle la crème catalane et le flan pâtissier, plutôt élaboré par rapport à ce que l'on trouve ailleurs (chez les asiatiques en général). De plus, ce dessert a été servi chaud, il s'apprécie mieux en prenant son temps.

          

Petit conseil  Ne faites pas comme moi. N'hésitez plus, n'attendez pas, allez-y ! Avec ou sans cravate ;)

          

       

Jin Ji  Table Coréenne

23 rue des Mines, Blagnac. 05 61 15 71 00

Parking privée. Bus 25 & 70 - arrêt "Bûches". Tram 1 - arrêt "Place du relais"

Possibilité de plats végétariens, et même sans gluten.

mercredi, juillet 6 2011

Déjeuner coréen, à Toulouse

Découvert en me baladant le soir de la fête de la musique, situé dans une rue très fréquentée mais moins engageante.  Et pourtant, se cache un resto ouvert depuis 2 mois, doté d'une vingtaine de couverts (de pairs de baguette ?) avec vue sur la cuisine.
La salle est épurée aux lignes simples, des photos de fleur de cerisier en N & B. Malgré la froideur de la rue, l'établissement est bien lumineux. 

Je suis allée pour découvrir leur menu de midi (11 €). Ma co-testeuse est venue m'accompagner et s'est laissée tenter par la carte. 
                

AnchoisCoréensBanchanKimchiMaison

Des condiments en petite portion pour accompagner le repas. On les appelle familièrement à tort « Kimchi ». Le terme exacte est « Banchan » pour les grands amateurs. Il s'agit précisément de bokkeum d'anchois au goût fumé et sucré-caramélisé (à gauche), de namul de pomme de terre (au centre) et bien sûr, le fameur kimchi, bien piquant et aillé (à droite). 
         

Séoul-C
Gamjajeon (à la carte), il s'agit d'une galette de pomme de terre râpée et d'oignon. Il est étonnant de voir un plat plutôt familier dans un resto coréen, et on va pas se plaindre. C'était bon, à accompagner avec les banchan ou à tremper dans la sauce soja. 
En fait, la difficulté dans ce plat est de manger avec des baguettes. Heureusement que ce ne sont pas des baguettes coréennes, en métal, périlleuses à utiliser. 
                 
             
Séoul-F
Bouchées de poulet à la sauce piquante et son riz nature (à la carte). Il semble que ces bouchées sont frites puis revenues dans la sauce. Au moment de passer commande, on nous a bien prévenu que la sauce était assez relevée. Finalement, à nos papilles, ça n'arrache pas tant que ça. En revanche, les saveurs explosent en bouche. Hélas, le poulet est dur (la cuisson ?). 
              

Séoul-G
Quant à moi, mon entrée du menu de midi : Ravioli grillés au porc, vermicelle de soja et tofu. Simple, délicieux, je préfère les déguster sans sauce. 
              
               
Séoul-H
Le plat du menu. J'ai hésité à prendre le plat national : le Bibimpap, j'ai craignais que ce soit copieux. Du coup, j'ai choisi le bœuf mariné et poëlé accompagné de l'indispensable riz nature. C'est sucré et salé (sauce soja). Hélas, un petit bémol, le bœuf est sec. Mais ça reste bon. 
             
    
Pour finir, café ou thé est compris dans le menu de midi.

À part les anomalies des cuissons, on reviendra comment se passe le soir pour découvrir la fondue Shabu-Shabu (Ça bout ? Ça bout ?!!) ou encore les fameux barbecues coréens ^^ 
                 
                
             
Comme je l'avais annoncé précédemment, pour connaître l'adresse, ainsi que ma petite sélection « Où manger coréen à Toulouse ? » faites la demande par mail enflammee(chez)gmail(point)com

Mais suite à plusieurs demandes, je vous dévoile l'adresse :
            
Le Séoul,
42 rue Pargarminières, entre le Capitole et St-Pierre, Toulouse