Clementines2015.jpg

Les fleurs ont laissé place aux fruit apparues en Mai, les Clémentines de la cour seront prêtes à déguster pour Noël. Encore un peu de patience...

                     

Je suis discrète concernant ma vie personnelle... Alors que je souhaitais rédiger le 1er article du calendrier de l'Avent des Papilles, à la vue de ces clémentines, les émotions ont valsé sous mes doigts inévitablement. Comme un besoin viscéral. Une si longue absence via mon blog... Pourquoi ? 

    

Une rencontre, improbable. D'immense bras lovés autour de ma taille. Deux cœurs inconnus qui battent de plus en plus fort, les nôtres ? L'amour fou, les baisers qui s'étourdissent, la tendresse briochée et moelleuse, la complicité créative, t'entendre chanter en secret, mes affaires dans tes meubles, mon chat sur tes genoux, aimer te faire rire, les dîners à la maison, les frites que je te pique et les desserts que je te laisse, l'inévitable mélancolie qui s'y sertit chaque nuit sans atteindre l'été... Tu rêvais de notre avenir ensemble, alors que je profite intensément le présent, souvent dehors. Rarement avec toi.

Un choix. Le mien. Partir pour briser cette solitude à 2, le rite du réveil des jours sans fin et l'idée de ce futur sage, et désormais, insaisissable. Partir pour aller mieux, chacun sans l'autre. 

Des milliers de mouchoirs en papier froissés. Une absence nécessaire. De profondes respirations qui s'éclaircissent. 

Les questions qui suffoquent les réponses en niant la réalité. Puis toutes ces photos, sans toi. Ces souvenirs qui auraient pû être vécu joyeusement ensemble, comme au premier jour, et qui ne peuvent plus se rattraper. À jamais. 

Et, petit à petit, du plaisir retrouvé en me perdant dans le relief des verres et des assiettes vides. Les découvertes et les rencontres s'enchaînent en souriant, en oubliant. 

La vie suit son cours, même si les larmes du passé me ralentissent. Décembre s'annonce déjà à la porte. Une foule d'idée qui dépasse mes pensées désordonnées. Retrouver, me retrouver. Sourire, rire.

   

Merci pour tout. Merci pour cette belle aventure. Merci pour cet inimaginable séjour à Paris, pour toutes nos causeries et pour ton délicieux gâteau au yaourt au goût d'amour. Caresses au chat. 

    

Aujourd'hui un autre regard m'encourage avec bonheur, le goût de l'instant. Entre mes mains et sous chacun de mes pas se construisent de beaux souvenirs encore, pour les partager et les raconter à l'avenir. 

À demain