Découvert en me baladant le soir de la fête de la musique, situé dans une rue très fréquentée mais moins engageante.  Et pourtant, se cache un resto ouvert depuis 2 mois, doté d'une vingtaine de couverts (de pairs de baguette ?) avec vue sur la cuisine.
La salle est épurée aux lignes simples, des photos de fleur de cerisier en N & B. Malgré la froideur de la rue, l'établissement est bien lumineux. 

Je suis allée pour découvrir leur menu de midi (11 €). Ma co-testeuse est venue m'accompagner et s'est laissée tenter par la carte. 
                

AnchoisCoréensBanchanKimchiMaison

Des condiments en petite portion pour accompagner le repas. On les appelle familièrement à tort « Kimchi ». Le terme exacte est « Banchan » pour les grands amateurs. Il s'agit précisément de bokkeum d'anchois au goût fumé et sucré-caramélisé (à gauche), de namul de pomme de terre (au centre) et bien sûr, le fameur kimchi, bien piquant et aillé (à droite). 
         

Séoul-C
Gamjajeon (à la carte), il s'agit d'une galette de pomme de terre râpée et d'oignon. Il est étonnant de voir un plat plutôt familier dans un resto coréen, et on va pas se plaindre. C'était bon, à accompagner avec les banchan ou à tremper dans la sauce soja. 
En fait, la difficulté dans ce plat est de manger avec des baguettes. Heureusement que ce ne sont pas des baguettes coréennes, en métal, périlleuses à utiliser. 
                 
             
Séoul-F
Bouchées de poulet à la sauce piquante et son riz nature (à la carte). Il semble que ces bouchées sont frites puis revenues dans la sauce. Au moment de passer commande, on nous a bien prévenu que la sauce était assez relevée. Finalement, à nos papilles, ça n'arrache pas tant que ça. En revanche, les saveurs explosent en bouche. Hélas, le poulet est dur (la cuisson ?). 
              

Séoul-G
Quant à moi, mon entrée du menu de midi : Ravioli grillés au porc, vermicelle de soja et tofu. Simple, délicieux, je préfère les déguster sans sauce. 
              
               
Séoul-H
Le plat du menu. J'ai hésité à prendre le plat national : le Bibimpap, j'ai craignais que ce soit copieux. Du coup, j'ai choisi le bœuf mariné et poëlé accompagné de l'indispensable riz nature. C'est sucré et salé (sauce soja). Hélas, un petit bémol, le bœuf est sec. Mais ça reste bon. 
             
    
Pour finir, café ou thé est compris dans le menu de midi.

À part les anomalies des cuissons, on reviendra comment se passe le soir pour découvrir la fondue Shabu-Shabu (Ça bout ? Ça bout ?!!) ou encore les fameux barbecues coréens ^^ 
                 
                
             
Comme je l'avais annoncé précédemment, pour connaître l'adresse, ainsi que ma petite sélection « Où manger coréen à Toulouse ? » faites la demande par mail enflammee(chez)gmail(point)com

Mais suite à plusieurs demandes, je vous dévoile l'adresse :
            
Le Séoul,
42 rue Pargarminières, entre le Capitole et St-Pierre, Toulouse